Tours

La fourrière de Tours déménage… 5 choses à savoir sur l’enlèvement des voitures mal garées

Son accueil sera désormais situé près du Château de Tours.

Ça arrive 2 000 fois par an à Tours, en moyenne 5 fois par jour : une voiture mal garée embarquée par la fourrière sur une dépanneuse. Jusqu’à présent, les automobilistes devaient se rendre en mairie centrale pour réclamer la restitution de leur véhicule. A partir du vendredi 1er mars, changement d’adresse et de décor : direction l’accueil de la police municipale Rue des Turones, dans un bâtiment situé juste en face du Château de Tours. Mais au fait, comment ça marche la fourrière ? On a posé la question au directeur de la police municipale tourangelle, Nicolas Galdeano.

 

1 - Combien ça coûte ?

Cher, évidemment. 35€ d’amende plus les frais d’enlèvement et de gardiennage par des sociétés privées, extérieures à la mairie de Tours. « Si vous récupérez votre voiture dans les premiers jours il faut compter 120€ » explique Nicolas Galdeano. Et beaucoup plus si vous traînez car le prix augmente petit à petit… « Parfois il y a des gens qui mettent une semaine à s’en rendre compte voire des véhicules qui ne sont jamais récupérés. Ils sont abandonnés et il y en a de plus en plus. »

 

2 – Elles deviennent quoi ces voitures ?

« Ça dépend de leur valeur » nous dit le directeur de la police municipale. Ceux qui sont vieux et limite à l’état d’épave sont détruits, et les autres revendus. Selon Nicolas Galdeano, les voitures abandonnées sont notamment celles dont le contrôle technique n’est plus à jour et qui nécessitent des réparations coûteuses. Les services de la ville et de l’Etat essaient de retrouver les propriétaires et les alertent par courrier recommandé mais parfois ils n’ont aucune réponse, donc se résignent à se débarrasser des engins. Parfois au bout de quelques semaines seulement s’ils sont en mauvais état, ou un peu plus longtemps s’ils ont de la valeur.

 

3 – Dans quels cas la fourrière enlève-t-elle le plus de voitures ?

Les grands événements comme la braderie ou le carnaval. Mais aussi lorsque la Loire est en crue et qu’il faut vider les parkings situés sur les quais. Avant d’appeler la dépanneuse « on cherche toujours une solution alternative en contactant les propriétaires » affirme Nicolas Galdeano. Sympa pour le pouvoir d’achat.

 

4 – Ce déménagement, il sert à quoi ?

Jusqu’ici, les 2 personnes qui géraient la fourrière au quotidien avaient leur bureau à l’Hôtel de Ville, loin de leurs collègues. « Le but c’est de rapatrier les agents au bâtiment de la police municipale pour renforcer le lien avec la population » explique le directeur Galdeano. En clair que les gens identifient ce site comme un endroit où ils peuvent se rendre quand ils ont besoin de la police municipale, comme on se déplacerait au commissariat pour porter plainte. Certains le font d’ailleurs déjà pour déclarer l’ouverture d’un bar ou demander un permis de détention d’un chien dangereux. « Il y a une partie administrative assez lourde à gérer. Là on va gagner en efficacité et on pourra accueillir le public dans de meilleures conditions » assure encore le représentant de la police municipale.

 

5 – Et du coup je viens la récupérer quand ma voiture ?

Du lundi au vendredi de 8h30 à 17h, à la mairie jusqu’au 28 février puis sur le site de la police municipale dès le vendredi 1er mars. C’est la seule et unique chose qui change (et en bonus, il y a un parking, si quelqu’un vous accompagne avec une autre voiture).