Tours

La Cité de la Gastronomie de Tours repart à zéro

Après la dissolution de l'association...

Géré jusqu'à présent par une association présidée par Emmanuel Hervé, le label "Tours, Cité internationale de la gastronomie" va changer de mode de gestion. L'association qui avait été chargée en 2015 de faire vivre et développer ce label a en effet jeté l'éponge en ce début d'année et procédé à sa dissolution.

La fin d'une période de près de 4 ans pendant laquelle l'association en question et les collectivités (Ville de Tours, Métropole, Département et Région) n'ont pas toujours fonctionné de concert. La région ayant notamment retiré sa subvention en 2018.

Relire notre article sur 37 degrés paru en décembre dernier : La Cité de la Gastronomie (provisoirement) sans tête

De quoi faire réagir les élus de Tours, notamment de l'opposition ce lundi en Conseil Municipal. "Alors que l'association est dissoute, quels événements va-t-on avoir ? On a appris qu'il va y avoir un nouveau festival Planète Goodfood, pourrait-on en savoir plus ? Sur le contenu on espère une meilleure qualité que les Francos Gourmandes, qui était un événement hors sol. Quelle est la nouvelle philosophie de la Cité de la Gastronomie ? Va-t-on impliquer des acteurs locaux ?"  s'est interrogé Emmanuel Denis (EELV).

"Le label appartient à la ville" a rappelé Jérôme Tebaldi, adjoint au rayonnement, "l'association a eu des missions qu'elle a menées comme Le Grand Repas qui a été une réussite. Nous l'avons suivie jusqu'au bout".

Concernant le nouveau festival en question, dont la présentation a été faite par Tours Evénements il y a peu, on sait juste qu'il se tiendra les 31 mai et 1er juin prochains. Pour le reste, aucun élément n'a été dévoilé. Cécile Estivin, la présidente de Tours Evénéments, structure qui va reprendre la partie événementielle de la Cité de la Gastronomie, a évoqué un réancrage au niveau local, notamment en s'appuyant sur des événements existants : Mondial du fromage, Vitiloire, salon Ferme Expo... "On travaille aussi avec les chambres consulaires" a précisé l'élue avant de rappeler : "Un label n'est pas toujours facile à suivre".

Quant à la Villa Rabelais du Boulevard Béranger, l'IEHCA (Institut Européen d'Histoire et des Cultures de l'Alimentation) et le pôle alimentaire de l'Université de Tours, continueront de l'occuper et devraient être en charge de sa gestion en tant que lieu totem de la Cité de la Gastronomie.

Mathieu Giua