Tours

600 personnes à Tours pour l'Acte IV de la marche pour le climat

Avec pour ambition de faire de 2019 l'année du climat.

Une pluie battante quelques minutes avant le départ, du soleil ensuite, une averse de grêle pendant la marche, puis le soleil finalement de retour... S'il fallait prouver l'incertitude climatique actuelle, le temps n'aurait pas fait mieux en ce dimanche. Pas de quoi démobiliser les quelques 600 manifestants venus justement défiler pour la 4e Marche pour le Climat organisée depuis le mois de septembre dernier, à Tours, comme ailleurs en France.

Le vert, couleur traditionnelle des écologistes et le rouge, du mouvement des Coquelicots, étaient les teintes tendances ce dimanche après-midi. On trouvait également un peu de jaune, avec plusieurs gilets du même nom venus en soutien, rejoindre les rangs des manifestants pour le climat. "Ce n'est pas deux mouvements opposés, les Gilets jaunes sont aussi pour le climat, et nous sommes d'accord pour dire que c'est le système qu'il faut changer, que c'est la cause de tous les maux", nous explique un gilet jaune présent.

Le slogan "Urgence climatique, justice sociale" derrière lequel les manifestants se sont rassemblés faisait d'ailleurs le lien naturel.

Une marche pour le climat partie de la place de la Préfecture, en direction du jardin du musée des Beaux-Arts. Là sous le cèdre bi-centenaire, arbre remarquable de la ville de Tours, quelques manifestants ont posé symboliquement des origamis en forme d'oiseaux, tandis qu'une pancarte "Libérez Fritz" était apposée devant l'éléphant naturalisé présent ici. Une façon d'alarmer sur les conséquences du changement climatique pour les animaux.

Car c'était bien l'objectif de cette marche : alerter et sensibiliser la population sur les conséquences du réchauffement de la planète. "Les petits pas ne suffisent pas" ont-ils également chanté en choeur, comme pour dénoncer le manque d'ambition des décisions politiques.

Après avoir pris le chemin du Vieux Tours via la rue Colbert, puis la place Plumereau et la rue du Grand Marché, la marche s'est finalement achevée place de la Victoire où avait été installé un village pour le climat avec une vingtaine d'associations présentes. De quoi prendre le temps d'échanger derrière une volonté commune : "2019 doit être l'année du climat."

Mathieu Giua