Tours

En Indre-et-Loire, « la délinquance a tendance à se durcir »

C’est en tout cas l’avis du procureur de Tours.

Tradition judiciaire du mois de janvier, l’audience solennelle de rentrée est un rendez-vous important du tribunal de Tours. Face aux élus, aux autorités militaires ou aux représentants des forces de l’ordre, la présidente et le procureur dressent le bilan de l’année qui vient de se terminer. Ils en profitent aussi pour faire un point sur le moral des personnels judiciaires dans le département d’Indre-et-Loire.

Ce rendez-vous protocolaire a eu lieu jeudi 24 janvier dans la grande salle du Palais de Justice, celle utilisée pour les procès d’assises. Voici les principaux chiffres à retenir sur la justice dans le département :

  • 803 nouvelles affaires de divorces ont été ouvertes, un chiffre stable par rapport à 2017. 716 dossiers ont été clos, contre 1 060 l’année précédente
  • Au-delà des divorces, la chambre de la famille du tribunal tourangeau a entamé l’étude de 1 548 nouvelles affaires (1 787 en 2017). 1 625 dossiers ont été classés, 350 de moins en 12 mois
  • Le nombre de plaintes ou procès-verbaux pour des crimes et délits s’établit à 31 146, contre 35 677 pour l’année 2017, une baisse conséquente
  • 1 627 jugements ont été prononcés par le tribunal correctionnel, dont 563 par un collège de plusieurs magistrats. Un chiffre comparable à l’année précédente
  • Le tribunal de police a tranché 814 affaires liées à des contraventions (notamment après des infractions routières), c’est 42 de moins qu’en 2017
  • 303 mineurs ont été jugés par le tribunal des enfants (343 en 2017)
  • Les juges d’instruction tourangeaux se sont penchés sur 120 nouvelles enquêtes, +20%. Ils en ont achevé 75, après en avoir conclu 82 en 2017. Il s’agit souvent de dossiers longs, qui s’étendent sur plusieurs années
  • 262 nouvelles affaires de contentieux ont été portées à la connaissance du juge de l’exécution au tribunal civil (chiffre stable), 265 dossiers ont trouvé un aboutissement (267 en 2017)
  • 774 dossiers concernant des mineurs en danger ont été instruits, contre 695 l’année précédente.
  • Le tribunal de Tours a reçu 6 899 demandes d’aide juridictionnelle pour soutenir le recours à un avocat, 100 de moins qu’en 2017

Pour analyser ces chiffres, le procureur de Tours par intérim Bruno Albisetti évoque une année 2018 « dans les normes des années précédentes ». L’homme qui quitte ses fonctions à la fin janvier s’est attardé en particulier sur la nature des actes de délinquance jugés par le tribunal correctionnel : selon lui, ils ont « tendance à se durcir », notamment en raison d’une hausse des violences envers la police et la gendarmerie. Néanmoins, le magistrat juge que la délinquance est globalement « contenue » en Indre-et-Loire.

De son côté, la présidente du tribunal de Tours Catherine Jean-Pierre-Cléva a salué l’action de ses équipes malgré les nombreux postes vacants ou les travaux en cours dans le Palais de Justice. Des difficultés sur lesquelles nous reviendrons en détails ce vendredi sur Info-Tours.fr.