Tours

Réaménagement du Haut de la Tranchée : des questions sans réponses

Le projet a été largement débattu en conseil municipal de Tours lundi 10 décembre.

C’est un sujet qui préoccupe : lors de son dernier conseil municipal de l’année, la majorité du maire Christophe Bouchet a détaillé les premières pistes du projet de reconfiguration du Haut de la Tranchée à Tours Nord, c’est-à-dire le secteur situé en haut de la côté, autour et derrière l’ancienne mairie de St Symphorien, à proximité de la ligne de tramway et du côté de la Rue des Bordiers et de l'Avenue du Mans.

Dans son intégralité, ce terrain fait 16 000m². L’idée de la ville est d’y construire 30 000m² de surfaces de plancher avec la construction d’une nouvelle école Victor Hugo de 1250m² et 7 classes (puis démolition de l’ancien établissement de 5 classes), la construction d’un parking à étages (parking silo) de même taille que l’actuel parking relais (180 places mais sur une surface moins grande), une station vélo de 40m² côté Avenue du Mans et enfin 24 000m² de logements, commerces et services.

Pour l’instant, on a aucune idée du visage de grand chantier dont les travaux pourraient commencer en 2021 pour s’achever en 2027 (avec ouverture de la nouvelle école dès septembre 2022). Le conseil municipal a seulement validé le choix d’Icade pour aménager le site. L’entreprise (déjà en charge du projet de reconfiguration des Halles et de l’école de commerce Escem aux Fontaines) va acquérir les bâtiments et se charger de commanditer les travaux. Cette opération ne doit rien coûter à la ville et même lui rapporter 6,3 millions d’euros.

Un parking pas assez cher ?

Selon Pierre Commandateur (groupe Les Démocrates, proche LREM), ce projet « ne répond pas aux enjeux » malgré des « choses intéressantes ». Il s’inquiète notamment - et c’est rare pour être souligné - que le coût du parking soit estimé à 7 500€ par place créée (1,3 million d'euros) alors qu’il est parfois deux fois plus élevé dans d’autres villes. Il craint aussi qu’il soit sous dimensionné (un étage supplémentaire pourrait tout de même être ajouté selon le dossier du projet) mais aussi que sa construction se fasse près de la cour de l’école, ce qui pourrait exposer les enfants à la pollution, une crainte également relayée par une association de riverains comme nous l’expliquions lundi. Pour régler le souci Samira Oublal (Tours à Gauche) a proposé un parking souterrain.

Egalement membre des Démocrates, Nicolas Gautreau a regretté une « absence de concertation » avec les riverains. Emmanuel Denis (Tours à Gauche) s’est inquiété que les bâtiments envisagés ne soient pas exemplaires en terme d’environnement et respectent tout juste les normes actuellement en vigueur.

Des logements trop chers ?

Outre le prix du parking (prévu pour être recouvert de panneaux solaires), celui de l'école pose question : le dossier technique l'annonce à un peu plus de 2 millions d'euros pour un établissement aussi grand que l'école actuellement en construction mais valant 6 millions d'€. Et pour les logements, plusieurs voix se sont élevées pour dénoncer l’éventualité d’appartements vendus en moyenne 5 000€ du m², bien au-dessus des prix actuels à Tours, et encore plus des tarifs à Tours Nord. « Il y a un risque grand que l’aménageur ne réussisse pas à sortir le programme » a estimé la socialiste Cécile Jonathan, que l’adjointe aux finances Hélène Millot a tenté de rassurer : « on gère notre argent au mieux. »

Si l’élue Danielle Ngo Ngii a promis des logements à prix « abordables » dans le programme, et assuré que la concertation avait bien eu lieu avec les habitants, sur plusieurs autres sujets la représentante de la majorité n’a pas répondu aux interrogations de l’opposition, se retranchant derrière le fait que pour l’instant « on a juste défini un cahier des charges. qu’il n’y a pas encore de projet. Nous allons maintenant devoir faire une sélection d’architectes et lancer un concours pour l’ancienne mairie. » Les détails des plans ne seront donc connus que dans plusieurs mois.