Tours

Gilets Jaunes, temps de parole, parking multifonctions... Le résumé du conseil municipal de Tours

On a aussi parlé de Tours Evénements...

39 points étaient à l’ordre du jour du dernier conseil municipal de l’année ce lundi soir à l’Hôtel de Ville de Tours. C’est beaucoup, surtout quand le premier rapport est étudié plus d’une heure après le début de la séance suite à plusieurs débats, dont un assez virulent sur le chantier du Haut de la Rue Nationale que l’on vous explique dans cet article. Pour le reste, voici ce qu’il faut retenir de la séance...

Temps de parole...

Les conseils municipaux durent longtemps à Tours. Très longtemps. La preuve ? 8h cette fois-ci (avec une pause repas pour regarder l’intervention télévisée d’Emmanuel Macron en réponse aux Gilets Jaunes). Pour tenter de condenser les débats - et, au passage, rendre les propos des élu(e)s plus facilement compréhensibles - le maire a proposé que les interventions soient limitées à 3 minutes lors des débats, avec une alerte faite au bout de deux minutes. Habitué à des monologues pouvant atteindre 20 minutes, le communiste Pierre Texier a réussi à résumer sa pensée en 2‘45‘’ lors de sa première intervention. On ne peut pas en dire autant de ses collègues, dans l’opposition comme dans la majorité. Prochain exercice collectif : le 4 février, lors du vote du budget.

Gilets Jaunes...

2 jours après l’acte IV de la mobilisation des Gilets Jaunes avec une fois de plus des milliers de personnes dans les rues de Tours, le mouvement s’est invité dans l’enceinte du conseil municipal, plusieurs élus proposant d’ouvrir des débats à l’échelle de Tours pour entendre les revendications quitte ensuite à débattre des suggestions citoyennes lors d’un conseil municipal extraordinaire. Le maire n’a pas dit non.

La pique...

Christophe Bouchet a profité de l’introduction du conseil pour se moquer sans vergogne du député de Tours Philippe Chalumeau et de « son copain de footing » Benoist Pierre, tous deux pris en photo au lendemain de l’acte III des Gilets Jaunes (35 blessés à Tours après des heurts avec la police pendant 6h) alors qu’ils nettoyaient les bords de Loire : « c’est une déconnexion totale et complète » a raillé le maire de Tours. A noter : l’élu proche d’LREM Pierre Commandeur a volé au secours de ses amis rappelant que ce jour-là était défini pour nettoyer des espaces dégradés.

Pouvoir d’achat...

Interpellée sur le prix des loyers des bailleurs sociaux tourangeaux, la majorité a rétorqué que ceux-ci n’avaient pas augmenté depuis 3 ans.

Bisbilles politiques...

Sur le Haut de la Rue Nationale, le maire a fustigé la tribune des Démocrates... et l’un des élus du groupe, Pierre Commandeur, a officiellement déclaré en séance qu’il ne l’avait pas validée avant publication. Ambiance...

Lire notre article complet à ce sujet 

Un peu plus tard, alors que le Rassemblement National via Gilles Godefroy critiquait les 3,6 millions d’euros alloués à l’Opéra de Tours aux dépens des dépenses sociales, c’est Pierre Texier (Tours à Gauche) qui a volé au secours de la municipalité estimant qu’il ne fallait pas opposer culture et social mais ausis défendre et valorise le travail mené au Grand Théâtre.

Balzac...

Le premier point de l’ordre du jour était consacré aux festivités pour le 220ème anniversaire de la naissance de Balzac prévues sur toute l’année 2019. Le pré-programme recense 65 événements et l’adjoint en charge du dossier Jérome Tebaldi espère doubler ce chiffre dans les prochains mois.

Lire notre article complet sur ce sujet

 

Projets innovants...

La ville de Tours voudrait rénover plusieurs sites de son territoire... Mais pour l’instant elle n’a pas d’idées. Donc elle va lancer un appel à projets innovants réunissant des élus ou des représentants de la société civile afin de plancher sur des projets. Parmi les sites concernés : le parking relais Jemmappes à Tours Nord, « pour que ce ne soit plus une mare de bitûme mais un parking multifonctions. » Autres sites concernés : le site hospitalier de l’Ermittage, l’échangeur de l’A10, une partie du quartier des casernes, la friche industrielle de Saint-Sauveur...

 

Tours Evénements...

La présentation du budget 2019 de Tours Evénements a été l'occasion d'une passe d'armes entre Christophe Bouchet et Xavier Dateu. Ce dernier est notamment revenu sur la baisse de chiffre d'affaires entre 2017 et 2018 pour la structure. Une baisse expliquée préalablement par Cécile Estivin, élue de la majorité présidente de la Société d'Equipement Mixte (dont la ville de Tours est majoritaire), par le fait d'un changement de stratégie avec une recherche actuelle de nouveaux marchés et l'arrêt d'événements jugés non rentables jusque là. Pour la présidente de Tours Evénements, les efforts faits aujourd'hui porteront leurs fruits d'ici 2020. D'ici là, une baisse des activités notamment du côté du Vinci avec un déficit conjoncturel à la clé de 163 000 euros pour l'année à venir.

Pour Xavier Dateu, en référence aux événements supprimés : "On peut dire que l'on met une politique en place et que cela prend du temps, mais le résultat malheureusement, c'est qu'au lieu de péréniser des activités qui marchent - même si elles déplaisent – on les enlève. La baisse des activités se ressent sur l'économie du territoire y compris sur les commerçants voisins du Vinci".

Un échange qui s'est terminé par une réponse ironique de Christophe Bouchet sur les capacités de Xavier Dateu a maîtriser un budget (en référence à l'ancien restaurant de X.Dateu qui a fermé). Une réponse perçue comme une attaque personnelle par Xavier Dateu qui a quitté l'assemblée non sans dire au maire son désaccord : "C'est honteux d'attaquer sur la vie privée. C'est minable" lui a-t-il lancé.