Tours

Haut de la Rue Nationale : vive passe d’armes en conseil municipal de Tours

Alors que le projet est toujours en pause.

Il y a quelques jours, dans un Facebook Live, le maire de Tours Christophe Bouchet évoquait une possible reprise du chantier du projet Porte de Loire en haut de la Rue Nationale au premier trimestre 2019. Souffrant de nombreux retards, de chantier visant à édifier deux hôtels 3 et 4 étoiles, des logements et des commerces n’a pas bougé depuis la démolition des anciennes boutiques situées près de la station de tram.

Depuis un an et l’arrivée de Christophe Bouchet dans le bureau de maire de Tours, ce dossier fait très souvent polémique, l’élu ayant notamment annoncé sa remise à plat. Ce lundi soir en conseil municipal, il a lui-même ravivé le brasier qui couvait depuis de longues semaines en attaquant une tribune signée du groupe Les Démocrates (proche LREM) parue dans le dernier numéro du magazine municipal Tours & Moi.

« Cette tribune vous discrédite à jamais, c’est une honte » affirme Christophe Bouchet accusé de mentir sur l’avancée du projet dans le texte de ses oppoants. Le maire l’assure : en cette fin de mois de novembre 2018, les contrats entre Eiffage (la société chargée de construire les bâtiments) et Heracles (l’investisseur qui doit valoriser le chantier) « ne sont toujours pas signés. Cela se fera j’espère en décembre, elles ont été légèrement reculées. »

Juste après, l’un des membres du groupe des Démocrates Nicolas Gautreau a pris la parole : « le Comité de Pilotage (qui supervise les opérations et dont il fait partie, ndlr) ne se réunit plus depuis quelques semaines et je maintiens qu’un contrat de réservation est signé entre ces deux entreprises. Un courrier d’Eiffage de juin dit tout ça, vraissemblablement. Des gens qui siègent à la SET (Société d’Equipement de la Touraine, propriétaire des terrains), me l’ont dit. L’histoire le prouvera. Vous devriez nous donner tous les éléments en votre possession. Or on est dans l’opacité et pendant ce temps c’est le contribuable tourangeau qui paie les frais financiers de cette opération qui aurait pu aboutir depuis longtemps. Je sais que vous avez signé récemment un compromis de vente pour la cession du foncier alors qu’il n’est plus valable. Cela prouve que ce dossier va se faire comme annoncé à l’origine, donc il n’est pas du tout repris à la racine. Vous nous avez baladés avec un hôtel 5 étoiles qui, d’après vous, ne se ferait plus. »

Reprenant la parole dans la foulée, Christophe Bouchet a confirmé la signature du compromis avec Eiffage pour le mois de novembre mais bien re-précisé qu’il n’y avait pas eu de signature de contrat entre Eiffage et Heracles.  

Cet échange a déclenché un certain émoi en conseil municipal, avant même que les élus n’entament l’examen de l’ordre du jour initialement annoncé. L’élu Les Démocrates Pierre Commandeur a conclu l’échange en proposant de signer un courrier pour créer une commission d’évaluation sur ce dossier. 4 élus l’ont déjà signé et si 6 autres le font la municipalité devra accéder à cette demande. Le maire ne s’y est pas opposé.

Tous nos articles sur le Haut de la Rue Nationale sont ici pour Info Tours et là pour 37 degrés