Tours

Acte IV des Gilets Jaunes à Tours : suivez la manifestation en temps réel

Des centaines de personnes se sont rassemblées Place Anatole France.

Après le 17 novembre, le 24 novembre et le 1er décembre voici le 8 décembre, l’acte IV de la grande mobilisation des Gilets Jaunes pour dénoncer les difficultés de la vie quotidienne et s’opposer à la politique d’Emmanuel Macron.

A Tours, après une manifestation très tendue samedi dernier qui a fait au moins 35 blessés, les autorités craignant de nouveaux débordements et se sont organisées. En début d’après-midi, un groupe de gendarmes était posté près de la préfecture. Les secours avaient aussi prévu des poste médicaux en périphérie immédiate de l’hyper centre pour prendre en charge le plus rapidement possible d’éventuelles victimes. Pour éviter de mettre des projectiles à disposition, les barricades du chantier de rénovation du tribunal ont été retirées ainsi que les poubelles des particuliers du centre-ville. Le stationnement a été interdit devant la préfecture.

Vers 13h45, des centaines de manifestants étaient déjà rassemblés Place Anatole France pour un rendez-vous initialement donné à 14h. Dans le dos de ces Gilets Jaunes, on pouvait déjà lire la colère ou le ressentiment envers l’exécutif. Près de 500 personnes étaient là.

Le plan au dos du tract distribué

Contrairement aux précédentes mobilisations, les Gilets Jaunes ont organisé leur journée. Des « brassards blancs » étaient chargés d’encadrer la manifestation devant défiler dans le centre-ville. Des consignes ont été données au porte-voix pour que tout se passe le plus calmement possible, l’idée étant de véhiculer un message positif du mouvement et que les revendications passent. Des lycéens étaient présents pour dénoncer le système de Parcoursup.

A l’inverse de la semaine dernière, la police ne bloquait pas la Rue Nationale. La consigne était plutôt d’interpeller d’éventuelles personnes agressives. Les forces de l’ordre étaient d’ailleurs relativement discrètes en ce début d’après-midi tandis que les Gilets Jaunes s’arrangaient pour ne pas trop perturber la circulation en bord de Loire, le tout dans une ambiance bien pluvieuse.

A noter que pour éviter des débordements, la préfecture a publié un arrêté interdisant l’achat de produits inflammables ou explosifs tels que l’acide et la soude. Certaines personnes en avaient le 1er décembre, deux jeunes ont d’ailleurs été condamnés pour en avoir utilisé mercredi.

A 15h le rassemblement a grossi et se rapproche dans le calme de Jean Jaurès. "Le boulevard est plein" dit un homme admiratif. La foule crie "Macron Démission".

Le cortège croise la Marche pour le Climat et les deux manifestations s'applaudissent longuement. "L'urgence climatique passe par le peuple" crie une femme.

A 15h15 le cortège remplir la Place Jean Jaurès avex une ambiance bon enfant et de la musique mais de lourdes revendications axées sur le pouvoir d'achat mais aussi le handicap ou l'environnement. 

Vers 15h45 retour en bord de Loire. Le défilé avance à bon pas et on nous parle souvent d'un besoin de plus de démocratie participative. 

Peu avant 16h entrée Rue Nationale avec une partie des manifestants de la Marche pout le Climat. Attac a sorti son drapeau. 

La préfecture annonce 1 000 Gilets Jaunes et 500 personnes pour le Climat. Certaines sources évoquent jusqu'à 2 000 Gilets Jaunes.

Certains commerces sont fermés (Halles, Galerie Nationale, Naf Naf...) mais d'autres bien ouverts. En tête de cortège les Gilets Jaunes organisateurs commencent à se disperser. 

A 16h30 près de 300 personnes sont rassemblées Place de la Préfecture. Une banderole est accrochée sur la grille.

A 17h mouvement de foule et tirs de lacrymogènes Rue Nationale. La situation est agitée. La police tire de nombreux gazs. Les commerces ont fermé au centre de la Rue Nationale où de petits groupes bougent. Plusieurs personnes font très clairement part de leur hostilité envers la police avec cris et insultes. Les heurts auraient débuté après un jet de bouteille.

Côté manifestants à 17h20 on nous signale un blessé à la jambe vers le commissariat.

Rue Nationale à 17h45 la police et un groupe se font face à environ 50m de distance. Ponctuellement des tirs de gaz. Il y a un groupe de forces de l'ordre de chaque côté de la Rue Nationale. Les gendarmes font ponctuellement des contrôles d'identité. 

Situation tendue Boulevard Bėranger et la police qui barre le bas de la Rue Nationale ordonne aux piétons de faire demi-tour. Un barrage policier est aussi positionné près du commissariat. 

Vers 18h la préfecture signale une situation complexe Avenue de Grammont. Les forces de l'ordre restent fortement mobilisées à 18h30. Plusieurs personnes ont été blessées. Des poubelles ont brûlé Avenue de Grammont. Une vitrine a été brisée Avenue de Grammont ainsi qu'un abribus. 

Retour au calme depuis 19h. Les derniers incidents ont eu lieu Boulevard Jean Royer. Une centaine de personnes se sont opposées aux forces de l'ordre. Au moins une dizaine de personnes interpellées selon les premières infos récoltées.