Tours

En Touraine, les salariés de l'AFPA appelés à la grève

Une journée nationale de mobilisation.

Mi-octobre, on apprenait le grand plan d'économies national de l'organisme de formation AFPA (1 500 postes supprimés) et ses conséquences en Centre-Val de Loire, à savoir 5 fermetures de sites dont celui de Veigné en Touraine. C'est la conséquence des difficultés de la structure (70 millions d'euros de déficit cette année, 10% de son chiffre d'affaire). Le site de Tours sera tout de même conservé, comme 167 autres en France.

Ce jeudi, les salariés sont appelés à une grève dans tout le pays et à une manifestation à Paris. La CGT soutient le mouvement, Jean-Joseph Choppin est délégué syndical en Indre-et-Loire : "75 postes sur 232 sont menacés dans la région" relève-t-il. "On touche à la production, mais pas dans les bureaux" s'agace également le délégué du personnel. Dans un contexte de crise de l'emploi avec de nombreux plans sociaux, il questionne : "on a vu passer les personnes licenciées de chez Michelin, celles de chez Tupperware... Que va-t-on faire pour les salariés de l'AFPA ? On va perdre notre activité restauration et peut-être celle sur l'hébergement."

La région s'était aussi alarmée de la situation : "cette fermeture conduirait à une diminution totale dès 2019 de près de 500 places de formation proposées aux demandeurs d'emploi désireux de se former sur les 1 600 places proposées par la Région en 2018" disait François Bonneau, son président. Le groupement d'employeurs Geiq BTP37 évoquait pour sa part un "désastre" : "les candidats recrutés sont rarement titulaires du permis mais le centre de Veigné est accessible par les transports en commun. Comment allons-nous les envoyer à 100, 200kms voire plus ?

Ce jeudi, un cortège pour défendre le modèle de l'AFPA partira à 14h de la gare Montparnasse à Paris pour rejoindre la Rue de Grenelle. Près de 9 000 personnes ont également signé une pétition.