Tours

Des Gilets jaunes tourangeaux peu convaincus par le Premier Ministre

Ils appellent à maintenir la mobilisation.

 

L'annonce ce mardi par Edouard Philippe, le Premier Ministre, de la mise en place d'un moratoire de 6 mois sur le prix du carburant, l'électricité et le gaz, ainsi que les nouvelles modalités du contrôle technique, a été accueillie plus que timidement par les Gilets jaunes de Touraine.

Reculade ou pas, c'est peu dire en effet que le Premier Ministre n'a pas convaincu ce mardi. Si l'annonce d'un moratoire est perçue par le gouvernement et l'Elysée comme une main tendue au dialogue et à la discussion, du côté des Gilets jaunes, c'est un tout autre sentiment qui domine. Il en faudra beaucoup plus pour faire rentrer les militants chez eux, c'est en tout cas ce qui ressort des échanges que nous avons eu avec ceux de Touraine ce mardi. Ainsi pour Baptiste, un des Gilets jaunes présents sur le rond point de l'Avion à Parçay-Meslay depuis plusieurs jours et nuits, "Il a voulu nous passer de la crème, mais ça ne marche pas. Nous voulons une suppression nette de toutes les taxes" insiste-t-il en se basant sur les 42 propositions faites par les Gilets jaunes.

Le point de non-retour est-il atteint ? Une chose est sûre, la parole du gouvernement n'est ni entendue, ni écoutée. "Pourquoi on le croirait aujourd'hui alors qu'il y a quelques jours il affirmait vouloir garder le cap ?" s'interroge ainsi de son côté Rémy. "Ils n'ont toujours pas compris que la colère est plus profonde que le simple prix du carburant" poursuit ce dernier. Pour les deux hommes que nous avons interrogé, il n'est pour l'heure pas question d'arrêter la mobilisation, tout comme pour les 200 Gilets jaunes qui ont manifesté place Jean Jaurès à 18h ce même jour. Ces derniers s'étaient rassemblés "contre les violences policières" et en soutien à Ayhan, ce gilet jaune qui a perdu une main en attrapant une grenade lors de la manifestation samedi dernier à Tours.

Dans le cortège, beaucoup sont encore marqués par les événements de samedi et continuent de clamer leur motivation tout en martelant leur volonté d'être pacifiques. Prochain rendez-vous, samedi pour une nouvelle manifestation dans Tours.