Tours

Les "Gilets jaunes" toujours remontés en Touraine

Alors que la journée de manifestation de ce samedi s'annonce importante.

 Plus remontés que jamais les Gilets jaunes vont de nouveau ce samedi descendre dans les rues un peu partout en France. En Touraine, comme ailleurs, ils réaffirment leur détermination, peu convaincus par les déclarations d'Emmanuel Macron cette semaine.

A Tours, un rendez-vous est prévu à 14h dans le centre-ville, tandis qu'une partie des Gilets jaunes de Touraine monteront également à Paris pour la manifestation prévue aux abords des Champs-Elysées.

Avant cela, toute cette semaine, ils étaient encore sur le terrain, comme depuis le 17 novembre dernier. Ils ont notamment pris place au rond point de l'Avion à Tours-Nord où ils ont érigé un camp de base avec barnums, groupes électrogènes, barbecues... Chaque nuit ils sont même une petite dizaine à y dormir et tenir les lieux, tandis que la journée le groupe s'étoffe jusqu'à plusieurs dizaines de personnes. Une façon d'être visibles et de montrer leur détermination nous expliquent-ils, tout en prenant soin de saluer chaque automobiliste (et ils sont nombreux) qui klaxonne en soutien en passant devant le campement. Un camp de base qui leur permet d'échanger et de tisser des liens, renforçant ainsi la solidarité d'un mouvement qui se structure petit à petit.

Ici, à Tours-Nord, ils sont ainsi 4 coordinateurs à gérer le lieu qui fonctionne en autonomie, grâce aux cagnottes quotidiennes et aux nombreux dons qu'ils reçoivent, à commencer par de la nourriture provenant de petits commerçants voisins explique Fabien, un des coordinateurs du campement.

Un campement qu'ils comptent bien tenir encore plusieurs semaines, « le temps qu'il faudra pour que le gouvernement nous entende », nous dit un autre gilet jaune présent. Ce vendredi, ils ont reçu la visite du député de Tours Philippe Chalumeau, venu échanger avec eux. Pendant plus d'une heure, ce dernier a échangé tour à tour avec tous les gilets jaunes qui voulaient lui parler. Un temps où les échanges furent divers et variés, et où les histoires personnelles se sont croisées avec des questions plus générales sur la politique de la majorité. Le député a pris des notes, a promis de faire remonter les informations, de regarder de près certaines demandes spécifiques... « Il vient discuter, on a organisé des tours de paroles pour que tout le monde puisse échanger dans le calme » explique Baptiste, l'un des coordinateurs. Un temps d'échange qui a défaut de convaincre sur le fond a été plutôt bien perçu, chacun ayant pu s'exprimer et donner les raisons de sa colère.

Mathieu Giua