Tours

Malaise chez les policiers à Tours

Ils ont manifesté jeudi soir devant la Préfecture.

Y a-t-il un malaise chez les policiers ? Tout porte à le croire. Au niveau national, un mouvement dénonçant un manque de moyens s'est fait jour. En début de semaine, le suicide de Maggy Biskupski, présidente de l'association “Mobilisation des policiers en colère” a suscité l'émoi également.

Un malaise ressenti également par une partie des effectifs du commissariat de Tours. Ce jeudi soir, à l'appel du syndicat Unité SGP FO, ils étaient plusieurs dizaines à se rassembler devant la Préfecture. Une manifestation qui n'est pas la première cette année, le 25 janvier dernier 70 d'entre eux s'étant déjà rassemblés au même endroit « pour dénoncer diverses problématiques de management au sein de la Direction Départementale d'Indre et Loire » expliquait le même syndicat alors.

Une alerte reconduite ce jeudi donc et étendue aux services d’investigations de la DDSP37 précise SGP-FO qui dénonce notamment une baisse des effectifs et une surcharge de l’activité judiciaire de plus de 30% avec pour conséquence une multiplication des bur-out dans les services.

Un rassemblement auquel quelques « gilets jaunes » s'étaient joints. L'un de ces soutiens nous expliquait alors « comprendre la colère des policiers. » Une présence perçue comme un appel au soutien à la journée de blocage de samedi ? « Les policiers sont comme nous, ils sont à bout » poursuivait notre interlocuteur : « Il y a une hausse des inégalités, de l'injustice et l'Etat continue de mettre la pression en voulant passer en force ses réformes. Il y a un ensemble de causes mais une union dans la colère. »

De leur côté, les policiers ont été reçus en délégation par la Préfecture mais attendent plus, à commencer par une révision « de toute la politique de management qui est très mal vécue par les policiers ».

Quelques photos du rassemblement par Pascal Montagne :