Tours

PHOTOS : Le grand sapin de Tours livré Place Jean Jaurès

En attendant les illuminations.

16m de haut sur 5 de large : voici les mensurations du grand sapin de Noël arrivé ce jeudi midi Place Jean Jaurès à Tours et qui va y rester jusqu’au début du mois de janvier. Coupé à Vouvray, chez une femme qui l’a offert à la municipalité, il a été transporté jusqu’au pied de l’Hôtel de Ville et installé par les élagueurs qui ont en partie tronçonné son pied puis déployé ses branches, nouées pendant le voyage depuis son jardin d’origine.

« A cause de la canicule, il est rempli de pommes de pin, c’est une première » commente l’adjointe au maire en charge des espaces verts Myriam Le Souëf (il a eu besoin de se défendre face aux conditions climatiques). Cela fait plusieurs mois qu’elle et ses services se sont mis en quête de l’arbre parfait pour les fêtes de fin d’année, un appel à témoins avait même été lancé : « nous avons reçu une cinquantaine de propositions, nous en avons retenu 20 et nous nous sommes déplacés pour voir comment ils étaient avant de choisir celui de cette Vouvrillonne. »

C’est la 8ème année que Tours fait appel à la générosité de particuliers qui ne veulent plus d’un sapin sur leur terrain pour agrémenter son centre-ville : « nous avons eu des propositions de Chambray, Bourgueil, St-Cyr… Nous en avons même déjà repéré un qui sera parfait dans un ou deux ans » poursuit Myriam Le Souëf.

Dans les prochains jours, le sapin va être décoré par les équipes de la ville avec une scénographie inédite à découvrir le vendredi 23 novembre dès 18h30, en même temps que toutes les illuminations de la ville et le marché de Noël. On notera que le grand sapin – un épicéa – ne sera pas seul : 50 autres conifères authentiques vont décorer la Place Jean Jaurès, 80 s’étendront le long des chalets du marché de Noël, une vingtaine Place Anatole France et enfin quelques-uns autour du Carrefour de Verdun. Des arbres qui seront broyés début 2019 dans l’atelier de la ville au Bois des Hâtes afin d’être réutilisés pour pailler les massifs de plantes et ainsi limiter l’arrosage.