Tours

« A Tours, il manque un lieu pour mélanger les âges »

Et ils veulent le créer.

Une étude de l’INSEE publiée récemment nous confirme que la population tourangelle a tendance à vieillir. Quand l’âge avance, les activités et les possibilités de rencontres peuvent se raréfier pour certaines personnes, qui cherchent parfois – sans succès – à entrer en contact avec des plus jeunes. Car qui a dit qu’il fallait forcément passer du temps avec du monde dans sa tranche d’âge ? Réponse : personne.

Convaincue que les échanges entre générations sont porteurs de grandes richesses, Céline s’active depuis un an et demi pour mettre au point le projet Calypso : « le but c’est de sortir des cases » nous dit-elle.

La Tourangelle n’est pas seule dans cette aventure… Calypso regroupe un noyau dur de 4 fondateurs, de 25 à plus de 70 ans, et une quinzaine de membres intéressés par ses futures activités. L’idée : « créer un lieu – qui ne soit pas un bar – où l’on peut se rencontrer, échanger, mélanger les âges » explique Céline. Son objectif n’est pas de faire ce qui peut être proposé par des centres sociaux comme Courteline ou Gentiana mais plutôt de créer un site ouvert tout au long de la journée, ou en tout cas très régulièrement, un endroit où les publics peuvent se croiser, discuter, manger, boire, jouer ou programmer des activités de leur choix sans programme prédéfini.

A la recherche d'un local

« Notre projet vise d’abord les personnes âgées isolées qui ne s’inscrivent pas forcément dans des ateliers occupationnels parce qu’ils se font entre séniors ou qu’elles ont du mal à y créer des liens. On manque aussi d’espaces de convivialité dans ces endroits où on ne peut pas manger ensemble, par exemple » argumente Céline.

La proposition du groupe de Calypso semble séduire : la Croix Rouge se dit prête à fournir des denrées à cuisiner, la région Centre-Val de Loire accepte de financer la création d’un emploi via son dispositif Cap’Asso, et des acteurs comme la Fondation Macif ou la Ligue de l’Enseignement de Joué-lès-Tours croient au projet. Il manque juste une chose, et pas des moindres : un local suffisamment grand pour accueillir l’association, ses bénéficiaires et ses initiatives.

« Ce qu’il nous faut c’est un espace de travail dans le centre de Tours, en tout cas accessible facilement, où les gens puissent venir, et avec une cuisine » plaide Céline, convaincue qu’ensuite les rencontres se créeront rapidement autour d’envies communes (la couture, l’aide à la création de CV…) : « c’est intéressant dans la vie de pouvoir croiser de nouvelles personnes et de monter des actions collectives ensemble » conclut la co-fondatrice de Calypso. Pour en savoir plus sur, rendez-vous le 24 novembre à l’entrée du Boulevard Béranger de Tours où l’association tiendra un stand. Notez que l’adhésion se fait à prix libre.

Olivier Collet

Plus d’infos sur le site de Calypso