Tours

La promesse de La Poste en Touraine : « on sera prêts pour Noël »

Malgré les bugs récents.

La semaine dernière, dans nos colonnes, le syndicat Sud PTT d’Indre-et-Loire alertait sur les récentes difficultés à La Poste dans le département. Depuis cet été, l’entreprise met en place de nouvelles organisations à Tours, Fondettes, Joué-lès-Tours et Sorigny : une partie des équipes trie le courrier, une autre le distribue. Un modèle désapprouvé par une partie du personnel, et qui a entraîné des difficultés : « on a eu des retards de plusieurs jours mais aujourd’hui la situation est clairement rétablie » assure Nicolas Pelissier, porte-parole postal régional démentant au passage les retards de plusieurs semaines évoqués par les délégués du personnel : « c’est ubuesque. »

Situation rétablie, vraiment ? À la suite de notre dernier article, les commentaires ont été nombreux pour évoquer des retards de distribution, des colis n’arrivant pas correctement… Y compris très récemment. Un exemple parmi d’autres : un magazine devant être livré le mercredi et qui arrive le jeudi deux semaines de suite. « Il peut y avoir des retards pour x ou y raisons sur tout notre flux mais on distribue en temps et en heure, c’est notre promesse client » répond Nicolas Pelissier.

Une formation suffisante des intérimaires ?

Des promesses que La Poste semble avoir du mal à tenir avec les colis. Récemment, une cliente tourangelle signalait ainsi un avis de passage déposé dans sa boîte aux lettres pour un colis avec la mention « adresse introuvable », on lui aurait répondu très sérieusement qu’en raison d’un trop grand nombre de colis, les équipes partaient sans les paquets en tournée et déposaient les avis immédiatement : « ça dure depuis trois semaines » témoignait-elle sur un réseau social. Encore une mésaventure ponctuelle ?

Selon Sud, ce genre de situation n’est pas étonnant. Pour l’expliquer, le syndicat évoque notamment le fort recours à des intérimaires mal formés : « nous mettons les moyens en formation pour que les personnes puissent s’approprier les tournées via des doublures sur les trois premiers jours avec des facteurs qui connaissent la tournée et vont l’expliquer. C’est un vrai métier c’est pour cela que nous mettons l’accent sur l’accompagnement » rétorque Nicolas Pelissier qui assure que « La Poste sera prête pour la grande période de fin d’année », nul doute que si les cadeaux de Noël arrivent en retard on saura le lui rappeler !

Sur d’autres points plus techniques évoqués par Sud, comme les courriers non oblitérés au centre de tri de Sorigny, Nicolas Pelissier assure que c’est « exceptionnel », par exemple en raison de pannes sur les machines, « mais cela représente moins de 5% sur tout le flux. » En espérant qu’il ne s’agisse pas de plis pour lesquels la date d’envoi devait faire foi…

Moins d’arrêts maladie selon la direction

Au sujet de l’organisation de travail et de nouvelles tâches confiées aux facteurs comme le service Veiller sur mes Parents (consistant à aller voir des personnes âgées isolées quelques minutes), le porte-parole de La Poste évoque une évolution du métier indispensable : « le volume de courrier baisse de 7% par an. D’ici 2020, la moitié de la sacoche du facteur ce sera le courrier, l’autre moitié sera consacrée aux colis et aux services. » Lui évoque des « transformations » plus que des « changements » pour appuyer ce procédé, comme si les réfractaires étaient allergiques à la défense de leur métier vue comme nécessaire pour le pérenniser par leur direction à la recherche de nouvelles ressources financières pour compenser la réduction d’achat de timbres.

Et pour réussir ces objectifs, La Poste parie sur le capital sympathie de son personnel de terrain auprès de la population, des agents que l’on hésitera à rembarrer : « tout le monde est d’accord là-dessus, le facteur on lui fait confiance. Tout le monde lui ouvre la porte. Et les gens sont en attente de services à domicile sans se déplacer » explicite Nicolas Pelissier. Une « transformation » qui semble parfois mal vécue par une partie des postiers, au point d’entraîner une hausse des arrêts de travail selon Sud. Le porte-parole de La Poste dément assurant que, là où les réorganisations ont été mises en place depuis cet été, « les jours d’absence sont en baisse par rapport à 2017. »

Olivier Collet

Et le bureau de Tours Nationale ?

Sud assurait qu'il était menacé à l'horizon de quelques mois, "aujourd'hui, le bureau de poste du haut de la rue Nationale, Tours Wilson, n'est pas concerné par un projet d'évolution" nous dit-on.