Tours

Pour la Toussaint, visitons ensemble le cimetière des start-ups tourangelles

Paix à leur âme…

Sur Info Tours, on aime bien vous parler des nouveautés locales : applications, sites web, services… En 4 ans, on en a rencontré des entrepreneuses et des entrepreneurs ! Toutes et tous nous ont présenté leur concept forcément génial et original avec beaucoup d’enthousiasme, une partie a même réussi à nous convaincre que ça pouvait marcher. Et puis en fait, non.

Pourtant ces jeunes pousses n’ont pas ménagé leurs efforts pour se faire remarquer, à base d’opérations marketing ou de levées de fonds. On entendait des rêves de développement à l’échelle nationale, voire internationale… Mais aujourd’hui, plus rien, encéphalogramme aussi plat que le chantier du Haut de la Rue Nationale à Tours. Pour ne pas les oublier, à l’occasion de la Toussaint, la fête des disparu.e.s, nous vous emmenons en balade dans le cimetière des start-ups tourangelles… Ces bonnes idées parties trop tôt.

 

Publicite Moi : 2 mois après son lancement en 2015, cette start-up installée au Sanitas revendiquait 2 000 utilisateurs prêts à regarder des pubs pour leur smartphone et ainsi gagner quelques euros, on parlait de 60 balles par mois pour 5 minutes de pub par jour. Faut croire que l’overdose de pub qu’on voit déjà dans la rue, à la télé ou ailleurs n’a pas permis à ce modèle de se faire une place pérenne dans le marché de la com’.

 

Apérocélib : réunir des célibataires pour un apéro et espérer que ça matche… C’était le concept de ce site tourangeau en 2014. Il voulait se développer dans plus de 200 villes, on ne sait même pas s’il a permis le début de 200 histoires. Résultat : l’auteur de ces lignes est toujours célibataire.

 

 

Peetch : une appli pour moderniser le célèbre jeu Cadavres Exquis et encourager les enfants des écoles à se raconter des histoires, voire même à correspondre entre eux à travers le monde. Super idée ? Oui, félicitée, remarquée, primée, vue à l’étranger… Et puis plus rien, fin de l’histoire, dernier chapitre. La page Facebook renvoie désormais vers Edukapi, un autre concept éducatif qui recense des applis pour enfants. Dans le jargon funéraire on appelle ça la réincarnation.

 

 

Touraine Box : c'était des box de produits tourangeaux. Un colis par saison pour 35€ l’envoi. Il semble que le marché n’était pas prêt, tant pis pour les petits producteurs… Même commentaire pour Made in Local qui proposait la livraison de produits tourangeaux à domicile dès septembre 2014. Sur le principe on aime, mais apparemment on n’est pas assez nombreux…

 

 

Delicious Donuts : « Avec Delicious Donuts, je veux devenir comme McDo » fanfaronnait dans nos colonnes le créateur de ce petit magasin en 2014. Il vendait des donuts bien bien gras avec une sauce bien bien grasse et bien bien sucrée. Ça a duré quelques mois, et on a retrouvé l’entrepreneur l’an dernier (ou celle d'avant) sur le marché de Noël avec un autre projet. C’est bien, il ne se décourage pas…

 

 

Spik It’Up : vous ne savez plus comment faire pour souhaiter un anniversaire de façon originale ? Créée en 2015, Spike It’Up vous permet d’envoyer des animations virtuelles personnalisées… On aurait pu commencer notre article comme ça si l’appli en question ne s’était pas évaporée des stores. Elle n’a jamais fêté son 3ème anniversaire.

 

Live Unlimited : 25€ par mois pour voir tous les concerts de son choix, concept initié par Live Unlimited en 2016, service pour enchaîner les concerts comme on dévore la dernière saison de Game of Thrones. Le Petit Faucheux de Tours était ravi de cette initiative mais en fait la dernière trace de la société qu’on a trouvée annonçait un concours pour aller voir Les Insus à Tours, ce qui commence à dater un peu…

 

 

Nowly : du coup si vous avez du temps libre, un super réseau social tourangeau ambitionne de créer des rencontres entre des gens qui ont du temps libre au même moment que vous. Idéal pour faire découvrir de nouvelles activités. Bien vu Nowly… Oui, mais il y a aussi la fonction Evénements de Facebook pour ça. L’équipe de la startup a depuis monté d’autres projets, gardé son nom, mais l’appli initiale n’est plus sur le marché, comme Whoopr dont on vous avait parlé. Google+ les rejoindra bientôt dans la fosse commune des réseaux sociaux. Comme quoi même les plus grands peuvent se planter.

 

A noter tout de même que certaines boîtes locales ou régionales comme Géovélo, Caravel ou Weecop poursuivent elles leur développement. Alors même qu’on croyait certaines d’entre elles disparues (non, on ne vous dira pas qui).