Tours

Ce qui ne va pas à La Poste en Touraine (selon le syndicat Sud)

Il voit la réorganisation récente comme un gros flop.

Jusqu’à 5 000 courriers non oblitérés par jour au centre de tri de Sorigny, 90 000 accusés de réception de lettres recommandées non distribués, 60 tournées de facteurs non réalisées en un mois sur Sorigny, 171 arrêts maladie de longue durée en 2017 pour 2 000 salariés, +5% d’arrêts de travail sur l’ensemble du personnel tourangeau, des colis du 25 septembre pas livrés le 15 octobre… Tous ces exemples sont listés par le syndicat Sud pour mettre en avant le fait que le quotidien est compliqué à La Poste en Indre-et-Loire.

Des craintes de suppressions de postes importantes

Similaires aux critiques faites par la CGT il y a quelques semaines, les doléances du syndicat font notamment suite aux réorganisations menées à La Poste ces derniers mois. En résumé, avant les factrices et facteurs arrivaient le matin, triaient le courrier de leur tournée puis partaient le distribuer. Désormais, il y a du personnel pour trier et du personnel pour distribuer avec – selon Sud – des erreurs, des retards, des oublis… En particulier à Joué-lès-Tours : « je suis abonné à une revue qui parait chaque mercredi et je la reçois parfois plusieurs semaines après » assure un salarié de La Poste qui vit sur la commune.

Autre souci pour Sud : les réductions d’effectifs avec une vingtaine de suppressions de postes sur la distribution depuis le début de l’année et une vingtaine d’autres à venir – 4 sur Amboise, 8 à Joué, 12 à Tours. Il affirme aussi, malgré le démenti récent de La Poste ou de la mairie de Tours, que le bureau de la Rue Nationale de Tours est menacé de fermeture (rappelons que ces jours-ci, deux nouveaux bureaux ferment sur la ville, au Sanitas et aux Rives du Cher). Globalement, « 10% des emplois de guichetiers sont supprimés » nous dit-on. Selon la direction, ces décisions sont motivées par la baisse du volume courrier (6-7% par an) et par l’évolution des usages des clients qui utilisent plus Internet.

De plus en plus d'intérimaires

« Les conditions de travail et de service public se dégradent. Nos tâches sont calculées à la seconde près par des logiciels mais mal évaluées » déplorent Florence Gendron, Franck Leroy et Pascal Routy. « Certains facteurs ne font pas volontairement une partie de leur tournée parce qu’ils n’ont pas le temps et les managers disent que les lettres prioritaires ou la presse ce n’est pas ce qui est le plus urgent. Certains abonnés reçoivent leur journal un jour sur 3. » Conséquences : « les gens se rendent aux bureaux de poste et sont parfois agressifs. Des vigiles ont été embauchés à Fondettes et Avenue De Grammont et la police passe chaque samedi à St-Pierre-des-Corps pour éviter les agressions physiques et verbales. »

Sud critique enfin le fait que La Poste utilise des intérimaires mal formés et aléatoirement déployés sur plusieurs villes, mais aussi que l’entreprise ait recours à de la sous-traitance pour distribuer ses colis à St-Pierre-des-Corps et La-Ville-aux-Dames « avec une moins bonne qualité de service » dixit le syndicat : « les intérimaires représentent en moyenne 20 à 30% de l’effectif. »

 

Photo : des plis en souffrance au centre de tri de Tours Nord.