Tours

Venus de la Vienne ou de Paris pour dire non au Village des Marques de Sorigny

Mais faible mobilisation ce lundi matin à Tours.

Le président de la Fédération des Unions Commerciales d’Indre-et-Loire ne cachait pas sa frustration ce lundi matin devant l’Hôtel de Ville de Tours : 130 personnes venues dire non au projet de Village des Marques de Sorigny ce n’est pas beaucoup pour Sylvain Debeure. Et en effet, bien qu’annoncée de longue date, la mobilisation a été timide pour dire non à la construction d’un grand centre commercial avec plus de 100 boutiques à proximité de l’A10.

Dans l’assemblée : des commerçants de Tours, St-Pierre-des-Corps ou des villes des alentours, des élus du Maine-et-Loire ou de la Vienne, deux élus écologistes tourangeaux (Didier Vallée de Chambray et Christophe Alhuir de Nazelles-Négron), le mouvement Les Patriotes et un représentant de la mairie de Tours, l’élu en charge du commerce Mauro Cuzzoni. Une semaine après le large vote de Tours Métropole contre le chantier, il n’y avait donc qu’un seul des 41 élus ayant voté contre le Loire Valley Market en conseil métropolitain (Didier Vallée).

Une délégation reçue en préfecture

Le petit cortège a quitté la Place Jean Jaurès vers 11h en direction de la préfecture où une délégation d’une dizaine de personnes a été reçue dès midi par la préfète Corinne Orzechowski. Principal slogan scandé : « on veut faire vivre nos cœurs de ville, on ne veut pas mourir » entendait-on sur le Boulevard Heurteloup.

Président de la Confédération des Commerçants de France, venu de Paris pour ce rassemblement, Francis Palombi estime que les Villages de Marques sont « des projets qui vieillissent mal. Les promoteurs immobiliers ne s’intéressent pas au fait qu’ils fonctionnent ou pas. Ils construisent et après ils n’en ont rien à faire. Pendant ce temps les petits commerces ferment. » Evoquant le fait que 95% des emplois du commerce sont dans des petites entreprises indépendantes, il dénonce aussi l’attitude de certaines marques qui ne vendent pas des collections des années passées à prix réduits mais « créent des articles spécialement pour ces boutiques. »

Sorigny comme La Riche ?

De son côté, Sylvain Debeure critique un discours illogique des 4 députés LREM du gouvernement qui s’affichent pour le projet mais au niveau national défendent la revitalisation des petits centres-villes comme Chinon ou Saumur, projets amenés à être sérieusement handicapés par un Village des Marques selon le représentant commercial départemental. Il prédit aussi un sombre avenir au projet sorignois en le comparant au Géant Casino de La Riche contre lequel il s’était déjà opposé, et qui est aujourd’hui bien mal en point.

Pour tout comprendre du débat sur le Village des Marques, vous pouvez lire notre long format sur 37 degrés