Tours

Le radar tourangeau qui flashe le plus est à Ste-Radegonde

Plus de 40 000 flashs en 2017.

En début d'année, la préfecture d'Indre-et-Loire notait que les 45 radars automatiques du département s'étaient déclenchés 504 000 fois en 2017, sans préciser le détail machine par machine (et en comptant les radars aux feux tricolores). Le seul détail dont on disposait était sur le radar chantier de Chambray avec près de la moitié du total des infractions constatées (mais avec la fin des travaux ce sera terminé). On en sait plus aujourd'hui avec la publication des données de la sécurité routière comptabilisant les rapports d'infractions transmis par ces radars suite aux excès de vitesse qu'elles ont constaté.

Premier enseignement : contrairement à ce qui se passait il y a quelques années, ce n'est pas en Touraine que l'on trouve les radars flashant le plus au niveau national. Néanmoins, avec plus de 41 000 flashs en 12 mois, le radar situé sur l'A10 à Tours Nord / Ste Radegonde est à un taux élevé d'excès de vitesse pénalisés dans cette zone limitée à 90. Cela représente 112 flashs par jour, pratiquement un toutes les 12 minutes. C'est beaucoup plus par exemple que le radar champion du Loiret situé à Montargis avec près de 29 000 flashs et bien plus aussi que l'un des radars situé sur la levée de la Loire entre Tours et Blois qui ne s'est déclenché que... 13 fois en 2017.

D'autres radars sont très sollicités en Indre-et-Loire comme celui de Ste-Maure-de-Touraine (24 300 flashs l'an dernier), également sur l'A10. 15 200 excès de vitesse constatés pour le radar de la D976 à St Avertin, 13 300 pour celui de St-Benoit-la-Forêt sur l'axe Tours-Chinon, et pratiquement autant pour celui de la D943 à Reignac-sur-Indre. En revanche, les radars de Neuille-Pont-Pierre (moins de 800 flashs) et Crotelles (448 flashs) se trouvent dans des zones à la vitesse plutôt bien respectée (bon, le trafic est moindre, aussi).

Alors question : y aura-t-il prochainement d'autres radars sur les routes tourangelles ? La réponse est négative selon la préfète interrogée par nos soins il y a quelques jours. Les contrôles au bord des routes restent en revanche nombreux en raison d'un nombre élevé d'accidents, la barre des 30 morts ayant notamment été atteinte cette année.