Tours

Christophe Bouchet, maire de Tours : un an dans le rétro

Cela fait un an qu'il est à la tête de la mairie.

A l'occasion de la première année de Christophe Bouchet à la tête de la ville, retour sur les sujets qui ont fait la Une ces douze derniers mois.

Lire également notre entretien avec le maire de Tours sur 37 degrés

  • Octobre 2017 : Le nouveau maire

Le 17 octobre 2017 Christophe Bouchet est désigné nouveau maire de Tours par le conseil municipal en remplacement de Serge Babary, devenu un mois plus tôt sénateur d'Indre-et-Loire. Un vote pour lequel la majorité s'est déchirée, ne réussissant à départager ses deux candidats Christophe Bouchet et Xavier Dateu qu'au bénéfice de l'âge pour le premier. Un "scénario du pire" nous dira un membre de la majorité craignant que la fracture soit persistante pour la fin du mandat.

  • Novembre 2017 : Le premier vice-président de Tours Métropole

Alors qu'il avait annoncé vouloir laissé la place de 1er vice-président de la Métropole, revenant à un élu de la ville de Tours et occupé jusque-là par Serge Babary, Christophe Bouchet réussit finalement à garder ce siège au détriment de Thibault Coulon qu'il avait annoncé soutenir à ce poste. L'élu à l'économie qui ne faisait pas l'unanimité au sein des maires de l'intercommunalité, s'en sort malgré tout avec une place de vice-président, le nouveau maire de Tours ayant réussi au passage à négocier une augmentation du nombre de vice-présidences pour la ville de Tours, passant de 1 à 3.

  • Décembre 2017 : La voirie comme priorité de l'année

Parmi les premières annonces faites par Christophe Bouchet, celle de tripler le budget lié à la refection de la voirie celui-ci passant de 1,6 millions à 4 millions d'euros par an. "2/3 des rues ont été classées en mauvais état. C'est une vraie politique de proximité" explique-t-il. Une façon de toucher les Tourangeaux dans leur quotidien.

  • Janvier 2018 : Le stationnement comme premier sujet épineux

Mise en place au 1er janvier 2018, la réforme du stationnement liée à l'instauration du Forfait Post-Stationnement de 25€ (FPS) suscite rapidement de nombreuses critiques. Parmi celles-ci : la limitation de stationnement à 2h maximum, le « zèle » de la société privée chargée de contrôler les voitures...

A peine deux semaines après son instauration, Christophe Bouchet décide de tout mettre en pause pour réfléchir à une autre option. Pendant plusieurs semaines, le stationnement est alors gratuit. Le nouveau dispositif en question est mis en place à la mi-février et autorise notamment le stationnement plus de deux heures. Dans les grandes lignes en revanche on reste sur les mêmes bases. 9 mois après, cette réforme ne passe toujours pas auprès de certains commerçants notamment qui voient le nombre de clients baisser, ni aux professionnels libéraux (infirmières...). La ville réfléchit actuellement à des améliorations pour janvier 2019, on évoque notamment l'instauration d'un premier quart d'heure (voir la première demi-heure).

Lire : étude en cours pour améliorer le stationnement

  • Février 2018 : Premières orientations budgétaires du nouveau maire.

Les orientations budgétaires sont toujours un élément symbolique et important d'une politique municipale. En février 2018, les premières sous Christophe Bouchet sont débattues en conseil municipal : Écoles, routes, Palais des Sports, le maire annonce 34 millions d’€ d'investissements en 2018. Un chiffre en augmentation.

Relire notre article sur le sujet

  • Mars 2018 : Le Haut de la rue Nationale en pause

L'annonce a surpris son monde. Alors qu'il avait annoncé une avancée dans ce dossier à la fin du premier trimestre 2018, le maire de Tours annonce finalement vouloir revoir les choses et mettre en pause le chantier du Haut de la rue Nationale, autrement appelé « Portes de Loire ». Christophe Bouchet annonce alors vouloir un projet mieux défini, dans un périmètre élargi, intégrant l'ensemble des bords de Loire.

Se basant sur « Envies de Loire » la démarche participative lancée l'an passé par la Métropole (et qu'il a piloté), Christophe Bouchet envisage une redéfinition globale de cette entrée de ville, en se basant sur le plan Patout de l'après Seconde Guerre Mondiale. Il imagine alors un bâtiment parrallèle à la bibliothèque municipale, pouvant abriter un hôtel 5 étoiles. Christophe Bouchet remet en cause en effet les hôtels 3 et 4 étoiles Hilton prévus et veut monter en gamme. Finalement, en cet automne 2018, on apprend que les hôtels Hilton devraient rester. Pour le reste Christophe Bouchet continue d'assumer sa vision d'un projet "qui engage la ville pour des décennies."

Relire nos articles sur le sujet

  • Avril 2018 : Le maire révoque Pierre-Marie Dizier, accusé de viols et agressions sexuelles sur des élèves du Conservatoire.

L'annonce en février de l'incarcération et la mise en examen de Pierre-Marie Dizier, chef de choeur au Conservatoire de Tours, pour viols et agressions sexuelles sur des élèves de l'institution tourangelle avait choqué beaucoup de monde. L'affaire va secouer les mois suivants le Conservatoire, avec en question filaire celle de la surveillance du chef de choeur déjà accusé puis relaxé dans le passé. Dès le début de l'affaire, le maire de Tours tout en souhaitant que "la vérité soit faite", cherche à préserver et protéger l'institution, reléguant cela à une affaire personnelle. Il révoquera Pierre-Marie Dizier en avril. Ce dernier se suicidera en prison à la rentrée. Une mort qui referme de facto le dossier et annule tout procès.

Relire : le conservatoire secoué par l'affaire Dizier

  • Mai 2018 : La seconde ligne de tramway en débat

Alors que la consultation publique sur la deuxième ligne de tramway est en cours, à Tours, le débat se focalise sur le choix entre le boulevard Royer et le boulevard Béranger. Un choix que doit acter la ville de Tours. Pour cela, Christophe Bouchet a mis en place un comité de pilotage chargé d'analyser les deux options de tracés. Le choix du tracé sera communiqué en fin d'année, un délai jugé trop long par certains membres de l'opposition qui voient dans ce délai une incapacité de trancher du maire de Tours.

Relire notre article pour comprendre les enjeux de la 2e ligne

  • Juin 2018 : Le plan de rénovation du Sanitas dévoilé

Lors d'un conseil municipal exceptionnel abordant la question du Haut de la rue Nationale (sans que de grandes annonces soient faites), c'est un autre dossier qui finalement est dévoilé : celui du projet de rénovation du quartier du Sanitas dans le cadre du NPRU (Nouveau plan de renouvellement urbain). Un an après les inquiétudes des habitants du quartier sur les destructions de logements, plusieurs réunions ont eu lieu dans le quartier et ce dernier est appelé à être profondément restucturé.

Relire notre article sur le sujet

  • Juillet 2018 : Grosses difficultés pour les structures associatives

Fermeture d'une crèche au Beffroi, plan social au sein de l'association Courteline, suppression de postes à Giraudeau-Bastié... Les mauvaises nouvelles tombent les unes après les autres. Fin des Temps d'activités péri-scolaires, suppression des emplois aidés, difficultés financières... plusieurs associations de quartiers tirent la sonnette d'alarme. L'opposition accuse alors la majorité de ne pas leur venir en aide. Cette dernière, le maire de Tours en tête, répond faire de son mieux mais qu'ils ne peuvent pas palier aux problèmes structurels...

  • Rentrée 2018 : Cap sur les grands projets ?

Christophe Bouchet annonce en ce mois d'octobre la reconstruction du Palais des Sports en une salle multifonctionnelle de 6000 à 7000 places. Un projet à 30 millions d'euros qui vient en remplacement de celui d'Arena (estimé à 80 millions d'euros de son côté). L'occasion également d'annoncer la construction d'une patinoire de loisirs aux Deux Lions.

Une annnce qui arrive alors que la majorité municipale est attaquée sur le manque de grands projets. "Tout est lancé" rétorque Christophe Bouchet qui évoque le projet des Halles de Tours dont le promoteur Icade a été choisi, celui du Haut de la Tranchée pour lequel le promoteur sera bientôt dévoilé. Christophe Bouchet assume également vouloir prendre son temps comme pour l'Ilot Vinci.