Tours

Toujours plus de vélos en libre-service à Tours et 98 000 locations en 8 mois

En moyenne, ils sont empruntés pendant 10 à 15 minutes.

Aux Halles, devant les gares, à l‘Heure Tranquille… Impossible de les rater : depuis 8 mois, les vélos en libre-service Indigo Weel sont partout à Tours, La Riche et St-Pierre-des-Corps. Utilisables grâce à une application dédiée, on peut les emprunter pour 0,50€ la demi-heure et les déposer à peu près n’importe où, tant que c’est dans la zone de 15km² délimitée par l’entreprise qui propose ce service (une filiale du géant Vinci qui exploite aussi les parkings souterrains ou les autoroutes).

« Les locations sont croissantes, nos vélos tournent en moyenne 2 à 3 fois par jour pour des courses de 10 à 15 minutes » explique Benjamin Lecomte, responsable Indigo Weel pour Tours et Angers. Depuis début février, il comptabilise 98 000 locations dont 20 000 rien que pour le mois de mai : « nous avons en moyenne 500 vélos en circulation, 200 en réparation » poursuit-il, sachant que 3 salariés gèrent la flotte (contre un seul au départ). 200 vélos viennent également d’arriver sur les trottoirs ces derniers jours, avec une nouveauté : un câble rouge placé sous la selle que les utilisateurs sont censés accrocher à un arceau vélo, un arbre ou un poteau (c’est vivement recommandé, mais pas obligatoire).

16 000 abonnés ont déjà rechargé du crédit pour pédaler

Pourquoi ce changement ? « Pour responsabiliser nos clients » explique Benjamin Lecomte, qui espère ainsi éviter les dépôts de vélos un peu n’importe où (genre en plein milieu d’un trottoir, pile dans le passage). De quoi aussi dissuader les vols ou les dégradations ? « Nous avons eu des périodes avec plus de vandalisme mais aujourd’hui ça baisse, c’est un sujet qui est bien géré. Et puis nous pouvons réparer 100% de nos vélos nous-mêmes pour les remettre en circulation. Parfois il y a simplement un panier ou une lumière à changer » assure le responsable local d’Indigo Weel sans donner de chiffres (néanmoins, on en a vu souvent des vélos dépouillés de leur petit panier violet).

Attacher son vélo, ok. Mais si tous les Indigo Weel se retrouvent près des stationnements vélos, où vont se mettre les cyclistes qui ont leur propre machine ? « On ne va pas utiliser les 10 000 arceaux de la Métropole (7 000 à Tours, ndlr) » promet Benjamin Lecomte en ajoutant que « à la gare ou à Jean Jaurès on n’utilise pas les arceaux à vélos bondés tous les jours, on les place à côté. »

Des vélos électriques dans le futur ?

Actuellement, Indigo Weel revendique 16 000 « abonnés » dans l’agglo de Tours, c’est-à-dire des personnes qui ont téléchargé l’application et qui ont rechargé du crédit au-delà de la première demi-heure gratuite. Après, à quelle fréquence ils se servent des vélos ? On ne sait pas, mais pas forcément très souvent vu le total de 98 000 locations en 8 mois.

Pour augmenter son panel, l’entreprise espère convaincre rapidement pas mal d’étudiants, mais aussi les touristes aux beaux jours. En revanche, une extension de la zone où l’on peut pédaler (Tours Nord, Joué…) n’est pas à l’ordre du jour, seulement en réflexion. Tout comme le projet de mettre en place des vélos électriques que l’on pourrait aussi louer depuis son mobile (mais plus cher), « et pourquoi pas des scooters, des trottinettes ou des voitures » suppose même Benjamin Lecomte. Mais là, on est vraiment dans le futur…

Olivier Collet

A noter : attention aux usagers qui veulent se balader loin : en cas de sortie de la zone Tours Centre / Deux-Lions / La Riche / St-Pierre-des-Corps l’entreprise prélève 15€ en guise de pénalité.