Tours

INONDATIONS : En Touraine, « il n’y aura pas de protection à 100% »

130 000 personnes sont potentiellement menacées par les eaux à Tours et dans l’agglo.

Juin 2016, vous vous souvenez ? La Loire et le Cher qui montent, qui montent… L’eau qui envahit les champs et la Gloriette à Tours, les flots qui menacent Villandry, Savonnières et les communes aux alentours. Et si ça recommençait ? Quand on voit la Loire hyper basse en ce moment après un été pauvre en pluie, on pourrait presque avoir envie de sourire, et de se préoccuper d’autre chose. C’est justement ce que Tours Métropole et la Communauté de Communes Touraine Est Vallées (Montlouis, La-Ville-aux-Dames) veulent éviter. Alors les deux agglos ont conçu un grand plan d’action au nom rigolo mais aux objectifs sérieux : le PAPI.

Pas de crue majeure depuis 1866

Le PAPI, c’est le Programme d’Actions de Protection des Inondations, soit un document avec 45 fiches listant des choses à faire pour éviter de se retrouver sous les eaux si la Loire et le Cher nous font des crues comme en 1846, 1856 et 1866 : « un risque qui ne s’est pas représenté depuis 150 ans n’est pas forcément présent dans la mémoire des Hommes et si nous ne les mettons pas en face de ce qu’il représente il est difficile pour eux de s’en faire une idée précise » explique Jacques Le Tarnec, maire d’une commune potentiellement inondable à 100% (Berthenay, entre Loire et Cher) et en charge des questions de protection contre les inondations à Tours Métropole.

En résumé, Jacques Le Tarnec est à la fois là pour vous faire peur, mais pour vous rassurer dans la seconde d’après en vous disant qu’une surveillance des digues tourangelles est en place, que leur renforcement est en marche ou que l’urbanisme en zone inondable est régulé pour qu’il y ait des pièces au-dessus du niveau des plus hautes eaux connues dans toutes les habitations, pour ne pas trop densifier les berges ou encore pour éviter l’artificialisation des sols au bord de l’eau (c’est-à-dire privilégier la végétation au bitume et aux cailloux). Il dit tout ça en insistant sur le fait qu’il s’agit de priorités, que l’Etat veille pour vérifier que c’est sérieux et donc que s’il tombe des sceaux vous pouvez à peu près dormir tranquille.

Près de 20 millions d’euros de travaux

« Sur une échelle de 1 à 10, à combien estimez-vous, aujourd’hui, la qualité de la protection de l’agglomération tourangelle ? » demande-t-on à l’élu. Réponse directe : « 7 ». Alors, c’est beaucoup ou pas beaucoup ? « On ne pourra pas avoir de protection à 100%, ce n’est pas parce que nous prenons toutes les précautions que nous n’aurons pas d’inondation », prévient le maire de Berthenay qui s’explique : « ce plan doit nous aider à gérer la crue le moment venu. Ainsi, aujourd’hui, on connait la fiabilité de nos digues, leurs points faibles. C’est pour cela que l’on fait des travaux à St-Pierre-des-Corps en ce moment par exemple. »

Des travaux il va y en avoir pas mal sur les rives dans les 6 ans à venir, pour un budget approximatif de 20 millions d’euros nous dit-on. « Mais des actions sont déjà engagées » prévient Pierre Dourthe à la Communauté de Communes Touraine Est Vallées : « il y a deux ans on s’est aperçu que des clapets avaient été arrachés sur la digue du Cher. On ne sait pas par qui, mais maintenant on a augmenté un peu les vérifications de contrôles sur ces ouvrages. »

Peut-être une taxe pour financer les chantiers

Autrement dit, nos dirigeants apprennent de leurs oublis ou négligences du passé. Il vaut mieux car dans l’agglomération tourangelle (de Villandry à Montlouis), 130 000 personnes (Tours, St Cyr, St Pierre, Fondettes, St Avertin...) et 66 000 emplois sont directement en zone inondable, « c’est le territoire le plus exposé » souligne Damien Lamotte de la Direction Départementale des Territoires.

Un exemple : sur les 22 communes de la Métropole, seules 3 ne sont pas concernées. Pour toutes les autres, « il faut améliorer la connaissance du risque » soulignent les élus qui veulent par exemple aller en parler aux enfants dans les écoles ou organiser « des entraînements de gestion des risques » pour adopter les bons réflexes (par exemple des simulations d’évacuation). Une expo est aussi mise en place au siège de Tours Métropole aux Deux-Lions, en mairie de Tours, à l’hôtel communautaire montlouisien et dans toute l’agglo.

D’ici début 2019, le PAPI prévoit le lancement d’un plan en 7 axes (information, surveillance, création d’un dispositif d’alerte…) et d’un programme de travaux jusqu’en 2025 (écran étanche sur la digue de la Loire à l’Ouest de Tours, ainsi qu’en bord du Cher mais aussi un renforcement de la digue à Berthenay). L’Etat, la Métropole, la Communauté de Communes Touraine Est Vallées et le Département participeront à son financement. Et peut-être le contribuable via la mise en place éventuelle d’une taxe dite « Taxe GEMAPI ». Mais pour l’instant, rien n’a été voté.

Olivier Collet

Le sujet vous intéresse en détails ? Le PAPI est à lire ici.