Tours

A Clocheville, des doudous pour rassurer les enfants avant un IRM

Les peluches passent l’examen avec les jeunes patients.

Quel que soit l’âge, un IRM c’est stressant : on ne va pas s’allonger dans cette machine de façon anodine. Mais pour les enfants, avec le bruit, les lumières… L’examen se transforme vite en épreuve, beaucoup plus flippante que le Train de la Mine à la fête foraine. Pour tenter d’apaiser les situations, l’hôpital Clocheville de Tours distribue depuis quelques jours des doudous aux jeunes patients avant l’examen. Ces oursons de 30cm, avec un pansement sur le front, passent même leur propre IRM dans une réplique de l’appareil, et accompagnent l’enfant lors à son propre rendez-vous.

Ce procédé a été imaginé en 2015 par l’association Pharmavie dont Marie-Claude Santini est la présidente : « Toudou est notre mascotte. Il est là pour rassurer et aider les enfants à dédramatiser. Son pansement est un vrai symbole pour l’enfant qui s’identifie à lui : c’est son compagnon de galère, quand il le prend dans ses bras il comprend tout de suite ce qu’il représente » explique-t-elle. « On installe Toudou, on lui met un casque vraiment comme dans le vrai IRM. De suite on a une certaine tendresse quand l’enfant à cet ourson dans les bras.

« Toudou aide surtout le personnel soignant à expliquer le protocole de soins à l’enfant » poursuit Marie-Claude Santini qui a travaillé bien en amont avec Clocheville pour mettre au point le dispositif tourangeau autour de l’IRM. L’initiative est dupliquée dans plusieurs hôpitaux français, notamment à Paris, et elle compte encore s’étendre dans les prochains mois. Pour la soutenir, vous pouvez acheter des répliques de Toudou en porte-clé dans les pharmacies du réseau Pharmavie (une vingtaine en Indre-et-Loire), elles sont vendues 5€ jusqu’au 31 décembre.