Tours

Mobilier design unique, jardin… Dans 8 mois, Tours aura (enfin) son auberge de jeunesse

Le bâtiment pousse en ce moment sur l’Avenue de Grammont.

Il n’y a pas autant de rebondissements que pour le Haut de la Rue Nationale, mais tout de même : la construction d’une auberge de jeunesse à Tours fait partie des feuilletons urbains, de ces dossiers qui reviennent souvent à la Une et dont on a longtemps attendu des signes de concrétisation.

Aujourd’hui, on peut dire que l’on est en très bonne voie : à la place du lycée Ste Marguerite de l’Avenue de Grammont on trouve aujourd’hui un bâtiment de 6 étages qui doit ouvrir ses portes en juin 2019 avec 47 chambres et 116 lits. Tours, qui se veut Métropole touristique, va donc avoir une auberge de jeunesse à proximité immédiate du centre-ville (on est à deux arrêts de bus de Jean Jaurès, dix bonnes minutes à pied de la gare). Son adresse exacte : 86 Avenue de Grammont, une adresse où des logements sont aussi en cours d’édification.

La construction et l’aménagement de cette AJ représentent un budget d’environ 6 millions d’euros, meubles compris (dessinés spécialement pour l’occasion, ils seront fabriqués en Touraine, notamment avec de l’osier). Qui paie ? La Métropole, le Département, la Région. Qui a dessiné ? L’architecte Jean-Yves Barrier qui a pensé un bâtiment lumineux recouvert de pierre de Richemont, petits balcons haussmanniens, encadrements des fenêtres en LED et éclairage sur le toit pour apporter une touche de modernisme de l’extérieur. Quant aux fenêtres, elles seront dispersées pour donner un côté asymétrique à l’ensemble. A l’arrière, une grande façade vitrée permettra de capter la lumière en provenance du jardin.

Une soixantaine de places pour les vélos

On ne connait pas encore le prix de la nuitée dans cette auberge de presque 1 800m² mais elle sera « ouverte à tous, sans conditions d’âge avec une tarification modique » nous fait-on savoir. Les chambres seront comprises entre 10 et 20m², avec 4 lits au maximum (pas de grand dortoir, donc) et une salle de bains privative (pas de coin douche unique par étage comme dans d’autres établissements). Les lits seront tous équipés de prises électriques ou de coin bureau pour un ordinateur (les étudiants, sportifs en déplacement ou jeunes en itinérance seront sûrement les principaux clients).

Concernant les équipements : une suite familiale (deux chambres communicantes), un bar, une conciergerie, un salon de détente avec des canapés « conçus comme des bancs de sable de Loire » et une kitchenette au rez-de-chaussée, une salle de réunion au premier étage, un restaurant-self en rez-de-jardin, une terrasse dans le jardin de 500m² pour les beaux jours et une soixantaine d’emplacements pour les vélos, les cyclotouristes faisant partie des publics visés (attention : pour eux l’entrée se fera Rue de l’Elysée). A noter que même les arceaux pour les deux-roues ont spécialement été conçus pour cette auberge.

Olivier Collet

Voici quelques photos du chantier prises vendredi dernier :