Tours

Soren Kragh Andersen remporte un Paris-Tours 2018 très accidenté

Il y a deux Français dans le top 10.

Les organisateurs de Paris-Tours voulaient bousculer les habitudes de la course cycliste cette année, en changeant le tracé de la classique des feuilles mortes. Ainsi, fini le parcours arrivant par l'Ouest et le Sud de Tours (au grand dâme de certains spectateurs habitués de ce rendez-vous annuel) et place à un final agrémenté de 12,5km de chemins de vigne dans la région de Vouvray, soit un total de 9 passages sur la pierre.

Bilan : de jolies images pour les hélicos survolant la course pour les télés du monde entier, une belle promo pour le vin mais, ouille, ouille, ouille, pas mal de casse dans le peloton...

Oui, cette année, Paris-Tours ne s'est pas réglé au sprint (ce n'est pas si fréquent), en revanche les chutes ou crevaisons ont été nombreuses, dont celle qui a pénalisé Arnaud Demare, pourtant l'un des favoris. Les déconvenues ont tellement gâché le moral d'une partie du staff que le patron de l'équipe Quick Step a été jusqu'à exprimer sa colère sur Twitter en affirmant qu'il ne voulait plus engager ses hommes sur la compétition.

Fausse bonne idée les chemins de vigne ? Mauvaise préparation des coureurs ? Il est sans doute un peu tôt pour tirer un bilan définitif mais si la fronde est conséquente il faura peut-être qu'ASO revoit sa copie pour s'éviter un scandale sur la durée.

Sur le terrain sportif, la course de 211km partie de Chartres en fin de matinée a permis à deux cyclistes en fin de carrière de briller : Jérémy Roy le Tourangeau, honoré sur le podium dans la soirée, et Sylvain Chavanel qui a passé un moment en tête pour sa dernière grande course.

Les échappées, revenons-y : elles ont été nombreuses toute la journée et au final le Danois Soren Kragh Andersen s'impose seul Avenue de Grammont après avoir fini 2ème l'an dernier. Une grosse performance pour celui qui était seul en tête, qui a été rejoint, puis qui a faussé compagnie à ses 2 derniers compagnons de route à quelques kilomètres de l'arrivée alors qu'ils étaient ensemble depuis plus de 20km.

Derrière lui, avec 25 secondes de retard, le Néerlandais Niki Terpstra et un premier français, Benoit Cosnefroy. Un deuxième groupe de poursuivants a franchi la ligne à 1'14'' du vainqueur avec 5 hommes dont le Français Valentin Madouas (5ème) aux côtés de 4 Belges ! Deux Néerlandais complètent le top 10 à 1'24''.

Un mot du Paris-Tours Espoir : Marten Kooistra termine seul en tête, à 55 secondes d'Erik Resell et Nils Eekhoff.

Les photos de l'arrivée par Morgan Morvan :