Tours

30 millions d'euros pour rénover le Palais des Sports de Tours

Objectif : une salle moderne de 6 000 places dans 5 ans.

1 500 personnes sont venues découvrir la salle Grenon « nouvelle génération » ce jeudi soir à Tours. Une salle Grenon qui a bénéficié d'un lifting cet été comme nous vous l'expliquons ici. De quoi permettre au TVB de répondre aux critères internationaux et de bénéficier d'une salle de 3 143 places homologuée pour les coupes d'Europe (jusqu'à présent elle bénéficiait d'une dérogation).

Une première tranche d'un montant d'1,1 millions d'euros, financée par la ville de Tours qui en appelle une seconde : la modernisation de l'ensemble du Palais des Sports.

Depuis un an l'idée était dans les cartons et avait remplacé celle de la construction d'une Arena neuve et multifonctionnelle. Imaginé par le TVB (relire sur 37°, « Grenon va faire sa mue »), repris par la ville de Tours par la voix du maire Christophe Bouchet, le projet d'agrandissement de Grenon et plus largement de rénovation complète du Centre Municipal des Sports, faisait depuis figure de favori face à la construction d'une Arena neuve en périphérie, estimée à 80 millions d'euros.

Une salle de 6 000 places pour le sport et 7 000 pour les spectacles

Ce qui se profilait a été officialisé par Christophe Bouchet ce 4 octobre. Le maire de Tours a en effet annoncé que la ville de Tours et Tours Métropole vont porter un projet de reconstruction quasi-totale du Centre Municipal des Sports.

Un chantier ambitieux qui vise à transformer la salle Grenon en une salle moderne et multifonctionnelle. La jauge déjà sera portée à 5 500 à 6 000 places en configuration sportive et entre 6 000 et 7 000 places en configuration spectacles, « une jauge intermédiaire entre Le Grand Hall et les autres salles de l'agglomération qui manquait » a précisé le maire de Tours.

Un projet d'un montant « en dessous de 30 millions » a précisé l'élu, en le comparant avec le coût d'une salle neuve. « Les 50 millions de différence serviront à mieux équiper et rénover toutes les structures sportives des communes de la Métropole ».

L'autre argument pour le maire de Tours : le maintien d'une telle infrastructure en cœur de ville, « bientôt desservi par deux lignes de tramway d'ici 2025 ». « Ce choix est une évidence » pour Christophe Bouchet, situé de plus « dans un quartier prioritaire où il sera un vecteur de la requalification urbaine ». Il souhaite ainsi qu'il reste également un équipement de proximité « afin que les clubs sportifs et les écoles en profitent ». Un avis partagé par Marie-France Beaufils, vice-présidente à Tours Métropole en charge des équipements sportifs. Elle a parlé de son côté d'« un choix de responsabilité ».

Car derrière le nouveau réaménagement de la salle Grenon, le projet portera également sur toutes les parties du Centre Municipal des Sports, construit en 1957. « Ce sera un équipement moderne comportant des hébergements, un centre de formation, un espace de vie, une médiathèque... » a listé Christophe Bouchet tout en précisant qu'un réaménagement de la salle Danton et la construction d'une nouvelle salle annexe étaient envisagés. Enfin, l'ensemble sera mis aux normes d'accessibilité pour les personnes en situation de handicap.

La patinoire portée à 2 500 places

La patinoire n'est pas oubliée dans cette rénovation d'ampleur puisque sa capacité sera portée à 2 500 places (au lieu de 2 000 aujourd'hui) et ses vestiaires rénovés afin de répondre aux normes de la Ligue Magnus, la première division de hockey à laquelle aspirent « Les Remparts de Tours ».

Une patinoire qui sera doublée par une deuxième glace dans le quartier des Deux-Lions, a annoncé de son côté Marie-France Beaufils. Cette dernière pourrait servir aux loisirs ainsi qu'aux entraînements sportifs.

Il reste néanmoins à valider ce projet piloté par Tours Métropole, en lien avec la ville de Tours. Celui-ci sera présenté au bureau des maires de l'intercommunalité puis devra être validé en conseil métropolitain. Les choses pourraient aller vite, l'idée étant que l'ensemble soit prêt en 2023 afin de positionner Tours comme une base arrière des Jeux Olympiques 2024 pour une équipe nationale de volley-ball ou de basket-ball...

Mathieu Giua