Tours

Guichets SNCF en gare de Tours : suppressions de postes en projet

10 effectifs en moins envisagés d’ici 2019.

Vous vous souvenez peut-être du tollé déclenché par l’annonce de la fermeture des guichets de la gare SNCF de St-Pierre-des-Corps fin 2016… Evoquant la baisse de fréquentation, l’entreprise avait programmé leur disparition, faisant suite aux fermetures de ses boutiques dans les centres commerciaux de l’agglomération. Face au tollé politique, la région avait fini par obtenir le maintien d’un accueil-vente l’après-midi, d’abord avec un agent, puis deux, à la suite d’une agression. 

A cette époque-là, la SNCF expliquait qu’un projet de réorganisation similaire n’était pas du tout d’actualité pour la gare de Tours, le réaffirmant même en septembre 2017. Un an plus tard, où en est-on ? Selon nos informations, confirmées par la CGT Cheminots, le CE a validé il y a quelques jours une réduction progressive des effectifs des guichets en gare de Tours : 5 postes cette année et 5 autres en 2019. D’après Rodolphe Badinier, ça représenterait environ un quart du personnel « et 100 personnes au niveau national. » Les détails de la mesure ne sont pas encore connus mais le syndicaliste s’attend à une réduction des horaires d’accueil : « ils prévoient d’ouvrir plus tard et de fermer plus tôt. »

Une baisse de fréquentation, mais…

Pourquoi cette décision, alors même que l’affluence est conséquente chaque jour (on a pu le vérifier à plusieurs reprises cet été et ces dernières semaines, à des horaires différents) : « la branche Voyages de la SNCF ne veut plus de guichets, seulement de la vente par le digital. Le problème c’est que les bornes automatiques ne fonctionnent pas toujours. » poursuit Rodolphe Badinier qui reconnait une baisse de fréquentation de la gare de Tours tout en défendant l’utilité du maintien d’une présence humaine conséquente.

Sa collègue Florence Dumond va dans le même sens : « depuis la fermeture partielle de St-Pierre-des-Corps beaucoup de gens se sont déplacés sur Tours. On voit aussi beaucoup de personnes qui montent dans le train sans billet et se présentent au contrôleur pour en acheter un ce qui n’est pas toujours facile. »

D’autres services touchés

D’après la CGT, cette mesure très visible par les usagers en cache d’autres : « une cinquantaine d’emplois sont supprimés sur l’ensemble de la région Centre-Val de Loire. La SNCF embauche mais il y a tellement de départs à la retraite que cela fait des postes en moins » ajoute Rodolphe Badinier évoquant les suppressions de contrôleurs sur certaines liaisons ou un projet de supprimer les agents qui donnaient le départ des trains depuis les quais (le fameux et mythique coup de sifflet) : « dans un an on conducteur partira dès qu’il verra le signal ‘voie libre’ peut-être parfois sans attendre une correspondance. » Des réorganisations seraient également en cours au sein de la relation clientèle par téléphone.

Jointe en début de semaine, la SNCF n’a pas confirmé ces informations et n’a pas encore répondu à nos questions sur le sujet. Néanmoins, si le projet venait à se confirmer avec une réduction de l’amplitude horaire des guichets de la gare de Tours, nul doute que les élus monteront au créneau pour défendre le service (Tours Métropole est désormais co-gestionnaire des gares). En attendant, les syndicats cheminots appellent les usagers à se mobiliser pour une défense globale du service public. Un rassemblement est prévu le 9 octobre à Tours.

Olivier Collet