Tours

Tours pense déjà à la Coupe du Monde de rugby 2023…

…et se verrait bien accueillir une équipe pendant la compétition.

Vous vous souvenez de l’Euro 2016 de foot ? A cette époque la République Tchèque avait fait de la Vallée du Cher son camp de base pendant la compétition avec réception en mairie et entraînement public. Tours ville hôte des équipes pendant les compétitions internationales, ça pourrait bien recommencer dans quelques années. On sait déjàç que les élus s’activent pour faire venir des délégations pendant les JO de Paris en 2024 mais cette semaine on a appris que des démarches étaient également lancées pour faire la même chose pendant la Coupe du Monde de rugby organisée par la France en 2023.

Tours, ville de rugby ? Oui. L’US Tours a beau jouer en 5ème division, le club orange et bleu a une histoire de plus d’un siècle et un public fidèle. Par ailleurs, rappelons que chaque année le tournoi Howard Hinton Sevens réunit des pointures du rugby à 7 venues de Nouvelle-Zélande ou d’Australie, tout ça avec le travail de bénévoles, ce qui est inédit dans l’hexagone pour une compétition de cette envergure, en tout cas pour l’ovalie.

Un projet qui n’est pas encore financé

Ajoutons à cela que Tours est à 200km de Paris, et 2 petites heures de Nantes ou de Bordeaux (villes qui accueilleront des matchs de la compétition dans 5 ans), ça fait pas mal de bonnes raisons de se positionner pour accueillir une équipe, son staff et se payer une bonne pub au passage. Ces arguments, ce sont ceux avancés par le président de l’US Tours Benoit Sébillet mais aussi par le patron de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Touraine, Philippe Roussy. Leur raisonnement est appuyé par Pierre Mescheriakoff (représentant d’un cabinet spécialisé dans le domaine du sport) et par Marc Bourhis, venu de Deauville, une agglo qui s’est fait une spécialité de l’accueil de sportifs pendant des compétitions internationales en se dotant de complexes au top à coups de millions d’euros.

 « Il y a une carte à jouer, c’est un bon événement pour faire parler de la Touraine » (et remplir les chambres d'hôtel) assure le quatuor qui plaide pour le dépôt d’un dossier auprès de la Fédération Française de Rugby. Il faut faire vite : les démarches doivent être bouclées en 2019 pour une décision en 2020. Il y a juste un souci, non des moindres : à l’heure où l’on écrit ces lignes Tours n’a pas vraiment les infrastructures nécessaires pour accueillir une équipe de rugby internationale : Tonnelé est un stade obsolète qui plus est en pleine ville (alors que les délégations internationales aiment être à l’abri des regards) et la Chambrerie, complexe de Tours Nord où s’entraînent les jeunes, a besoin d’un bon gros coup de jeune avant d’être aux normes (aucun chiffrage du montant des travaux).

En résumé, même si Tours a des atouts, les soutiens du projet vont devoir fédérer vite autour d’eux pour obtenir les budgets nécessaires et les engagements afin de réaliser les équipements dans les temps. Il faudra notamment convaincre les élus de mettre la main à la poche, ou des partenaires privés.

Olivier Collet

Photo : les Néo-Zélandais avec des enfants à Tours pendant le Howard Hinton Sevens 2018