Tours

METEO : ce qu’il faut retenir de l’été 2018 en Touraine

Une saison exceptionnelle mais pas inédite.

Ça y est, c’est l’automne. Même si on nous annonce du Soleil pour toute la semaine, clairement, on sent le changement de saison avec moins de 10° le matin et ces foutus jours qui raccourcissent (ne déprimez pas trop vite, le changement d’heure ce n’est que dans un mois).

A l’heure des feuilles mortes qui volent, on va se retourner une dernière fois vers la saison qui s’achève parce qu’elle nécessite un bilan, et pas seulement une comparaison de vos traces de bronzage.

 

1 – Un été sec… mais pas le pire

Après deux mois très pluvieux en mai et en juin, juillet, août et septembre ont été particulièrement secs. Peu ou pas de perturbations et du coup 35 à 40mm d’eau tombée selon les endroits en Indre-et-Loire, de quoi entraîner une forte baisse du niveau des cours d’eau et des mesures de restrictions dès la fin du mois de juillet.

Alors est-ce grave ? Selon Météo France, ce manque de précipitations est clairement remarquable mais le printemps humide a tout de même permis de limiter la casse. Par ailleurs, au début des années 60, certains étés ont été bien plus secs que 2018, en particulier celui de 1963 avec seulement 12mm d’eau du 6 juillet au 20 septembre.

Rappelons également que cette absence de pluie a globalement fait le bonheur des vignerons tourangeaux qui annoncent un superbe millésime avec des raisins gorgés de sucre.

 

2 – Un été chaud… mais pas tant que ça

On a eu des pics de chaleur cet été… mais globalement moins intenses qu’en 2003. Suffisant tout de même pour que 2018 soit le deuxième été le plus chaud de l’histoire en Indre-et-Loire après 2016.

Comment on l’explique ? En fait il y a eu un plus grand nombre de « jours chauds » avec plus de 25° l’après-midi (une soixantaine) : deux fois plus que les autres étés. De plus, on a compté une trentaine de jours « très chauds » avec plus de 30° en Indre-et-Loire, ce qui est également exceptionnel. Selon Météo France, l’été 2018 ressemble à ce qui pourrait être un été « normal » dans une trentaine d’années si le réchauffement climatique se poursuit à ce rythme.

 

Et la suite ?

Selon Météo France à Parçay-Meslay, on pourrait avoir une fin d’année normale niveau pluies mais sans doute encore chaude, de quoi probablement faire de 2018 l’année la plus chaude jamais enregistrée dans le département. Quant à 2019, elle pourrait commencer dans la fraîcheur, mais là, ce n’est qu’une lointaine hypothèse…