Tours

L’improvisation, ça s’apprend à la maison

Un Tourangeau a créé un jeu exprès pour ça.

Adam Merniz a 31 ans, il est Tourangeau et le théâtre a occupé une grande partie de sa vie (dès 15 ans il faisait de l’impro sur les bords de Loire avant de devenir comédien et formateur pro). Depuis l’an dernier, le jeune homme ne travaille plus dans ce domaine mais garde un lien avec la scène via… un jeu de société aussi ludique que formateur. Ça coûte 15€, c’est uniquement en vente sur Internet et ça s’appelle Improv…

 

L’impro ça représente quoi pour vous ?

C’est une discipline assez complète dans le sens où on est à la fois auteur, comédien et metteur en scène sur la scène. On développe de nombreuses capacités personnelles : créativité, expression orale, culture… On devrait la pratiquer à l’école !

C’est compliqué ?

A partir du moment où vous savez parler, tout le monde peut s’y mettre. Après, c’est comme un sport : il faut pouvoir se surpasser, avoir le courage de se lancer et accepter que vous n’allez pas y arriver du premier coup… et donc progresser ! Une des qualités importantes est de ne pas être trop dur avec soi-même, de ne pas se dire qu’on n’y arrivera pas ce qui arrive à beaucoup de personnes. Alors qu’à l’inverse quand on commence le piano on n’est pas directement Chopin et on progresse petit à petit. 

L’idée du jeu est venue comment ?

J’animais des ateliers d’impro et j’avais besoin d’un outil pour pratiquer en dehors des cours ou des matchs.

Comment ça marche ?

On pose les cartes sur la table, et elles représentent le cadre dans lequel vous allez créer votre histoire. A chaque fois, un joueur va faire une improvisation et l’autre joueur va lui attribuer des points en fonction des cartes. S’ils ne sont pas d’accord ils discutent ce qui leur permet d’échanger des arguments et de progresser tous les deux. En général les répliques qu’on invente sont décalées, donc on rigole beaucoup. Cela dit, ce n’est pas obligatoirement drôle : on peut aussi jouer des drames. L’idée est surtout d’avoir une histoire construite, qui ait du sens pour captiver le public. Et si vous n’avez pas d’idées vous pouvez piocher des cartes d’inspiration. Un joueur avec de l’expérience peut donc affronter un débutant total qui aura tout à fait la possibilité de prendre le temps de réfléchir avant de se lancer.

 

Déjà utilisé dans des cours d’impro et de théâtre, le jeu tourangeau est pensé pour deux joueurs mais on peut l’utiliser avec plus de monde.

Et tant qu'on parle d'impro, Véretz organise prochainement tout un week-end spécial.