Tours

Son et lumières de Tours en 2019 : le Musée des Beaux-Arts plébiscité

La préfecture doit encore donner son accord définitif.

Il y a seulement quelques jours, nous vous indiquions que la ville de Tours hésitait entre conserver son spectacle son et lumières estival sur la façade de la cathédrale St Gatien ou changer de lieu. Après voir imaginé plein de solutions (Hôtel de Ville, Château de Tours, Tour Charlemagne…), le seul monument qui avait retenu l’attention de la municipalité était le Musée des Beaux-Arts. Ce jeudi, l’adjoint au tourisme Jérome Tebaldi confirme que son parc est destiné à accueillir l’événement en 2019.

Une sécurité à soigner

Changement de lieu, donc, mais aussi changement de thème : après 3 années consacrées à St Martin, la Renaissance sera à l’honneur l’année prochaine, à l’occasion de son 500ème anniversaire, de quoi permettre à Tours d’inscrire une proposition majeure et populaire dans le programme de festivités régional. En revanche on ne sait pas encore qui sera chargé de la création du show : « nous allons lancer un appel d’offres et on le saura d’ici janvier-février 2019 » explique l’élu qui souhaite quelque chose de « plus ambitieux en matière de technologie », « peut-être avec des plans à 360° et moins de grosse musique. »

Alors pourquoi le Musée des Beaux-Arts ? « On a un recul équivalent à celui de la place de la cathédrale et une large façade » justifie Jérome Tebaldi. Le monument avait d’ailleurs déjà accueilli un mapping récemment, prouvant sa capacité à se transformer en écran géant et site de spectacle. Autre avantage : il est un peu plus éloigné des habitations, il y aura donc moins de riverains dérangés par le bruit en soirée.

90 000 spectateurs en 2018

Reste tout de même à régler l’importante question de la sécurité… Des discussions avec la préfecture sont en cours : « on sera peut-être amenés à réduire la jauge. Pour la cathédrale on accueillait 200 à 1 300 personnes selon les soirs, là il est possible qu’on soit limités à 5-600 personnes » prévient l’adjoint au maire, et ce en raison de la configuration du parc : un espace clos (bon point), mais avec une seule sortie. Il faudra également veiller à préserver les végétaux, « mais pour ça nous avons déjà eu des réunions avec les espaces verts » garantit l’élu. Et au pire, il est toujours possible de revenir sur la façade de la cathédrale.

En se déplaçant de quelques dizaines de mètre, Tours espère mettre l’accent sur un nouveau lieu, apporter de la nouveauté dans sa proposition estivale, tout en restant dans le même quartier : « ça a boosté le commerce de la Rue Colbert » explique Jérome Tebaldi. Cet été, 90 000 personnes sont venues voir la production de Damien Fontaine, « un peu moins de monde en juillet mais beaucoup de touristes en août » assure la ville. Afin de maintenir ce bilan en 2019, il n’est pas exclu de démarrer les représentations plus tôt, soit potentiellement dès la mi-juin.

Olivier Collet