Tours

Bientôt des contrôles en civil dans les TER Centre-Val de Loire

La SNCF va tester le dispositif avant la fin de l’année.

On vous laisse imaginer la scène : « c’était un beau jour d’automne, avant le changement d’heure. 18h03, fin de la journée de travail, je monte dans le TER direction Orléans, pour rentrer à Amboise. J’y trouve une place côté fenêtre, ma préférée. Juste avant le départ, un homme s’est assis à côté de moi. Comme beaucoup d’autres passagers, il a sorti son smartphone. Chemise impeccable, pantalon serré, il avait l’air sérieux mais détendu. Après la gare de St-Pierre-des-Corps, il s’est levé, s’est tourné vers moi : ‘bonsoir, contrôle des billets s’il vous plait.’ Devant mon regard ébahi, il m’a montré sa carte professionnelle et son brassard. C’était bien un contrôleur de la SNCF… »

Un peu romancée, cette scène pourrait devenir réelle d’ici quelques semaines.

En ce moment la SNCF cherche à réduire la fraude dans ses trains, la compagnie estimant le manque à gagner à 300 millions d’euros par an. Pour que les voyageurs montent en voiture avec un billet composté, l’entreprise multiplie donc les initiatives, dont une testée en avant-première en Centre-Val de Loire : les contrôles en civil. Habillés comme vous et moi, les agents pourront entamer des opérations de contrôle à tout moment sans uniforme. « Nous allons tester ce dispositif avant la fin de l’année » explique Olivier Léoni, directeur de ligne pour l’étoile ferroviaire de Tours.

Ce n’est pas la seule option de la SNCF pour réduire la fraude : après la diminution de la durée de validité des billets TER (qui a agacé une partie des usagers), les « accueils à l’embarquement » se multiplient. Le concept ? Des contrôleurs, agents de la sûreté ferroviaire et gilets rouge se placent devant les trains et vérifient tous les titres de transport avant le départ : impossible d’embarquer sans billet… « Nous faisons ça sur des périodes de 3 à 4h donc les gens qui espéraient voyager gratuitement finissent par aller aux bornes pour payer leur trajet. On constate une hausse de l’utilisation des machines ces jours-là » nous indiquent les cheminots à l’issue d’une opération organisée ce jeudi en gare de Tours, sur une vingtaine de trains soit 1 500 personnes.

La SNCF précise également qu’elle organisera bientôt une opération de contrôle de grande envergure avec les forces de l’ordre sur la gare de Tours. Celle-ci entraînera un bouclage de toutes les issues pour vérifier les billets de tout le monde. En début de semaine, 160 personnes ont ainsi été verbalisées à Chartres, sachant que grimper dans un TER sans titre de transport est passible d’une amende de 50€.

Mais si la compagnie ferroviaire sévit, elle précise que ces actions resteront ponctuelles. Du coup, il n’est pas prévu d’installer des portiques de contrôles sur les quais tourangeaux comme ceux que l’on voit à Paris Montparnasse. « Ce serait un investissement colossal » nous fait-on savoir. Et en plus, ceux de la capitale sont assez rarement en fonction, ce qui nous laisse imaginer que le dispositif n’est pas encore totalement au point…