Tours

Université : Des gros travaux aux Tanneurs et à Polytechnique

Au moins 30 millions d'euros sont prévus.

L'Université de Tours va s'attaquer ces prochains mois à des travaux d'envergure, mais attendus. Dans le cadre de la deuxième phase du CPER 2015-2020 (Contrat Plan Etat Région), l'Université va en effet se pencher sur le sort de son site historique des Tanneurs, actuellement en mauvais état. Depuis plusieurs années, les Tourangeaux et les étudiants s'étaient en effet habitués à voir les murs de ce site universitaire recouverts de filets protecteurs, visant à empêcher les chutes de pierres sur l'espace public. Que ce soit rue des Tanneurs ou côté Loire au niveau de la bibliothèque, le site construit au début des années 70 a besoin d'un grand toilettage.

Une opération d'ampleur dont on parle depuis plusieurs années et qui inquiétait déjà Philippe Vendrix le président de l'Université de Tours il y a deux ans lors de sa prise de fonction. Concrètement dans les prochaines semaines ou au plus tard les prochains mois, la rénovation des Tanneurs sera entamée nous explique ce dernier aujourd'hui. Pour cela, l'Université prévoit un budget de l'ordre de 15 millions d'euros.

Les travaux concerneront surtout les clos et couverts explique Philippe Vendrix, c'est à dire l'ensemble des éléments assurant l'étanchéité à l'eau et à l'air du bâtiment : murs, toitures et terrasses. Une phase de sécurisation indispensable avant de s'attaquer au chantier suivant, la rénovation de l'intérieur de la vétuste faculté.

Dans cette première phase de chantier, Philippe Vendrix ambitionne néanmoins de relifter l'accueil via le parvis de la salle Thélème. Son objectif : améliorer l'accueil du public à l'université mais aussi à Thélème, la salle culturelle des lieux avec notamment la création d'un Sas couvert pour les soirs de spectacles.

Entre 15 et 25 millions d'euros pour rénover Polytech Tours

L'autre chantier majeur pour les deux ans à venir, c'est celui de l'Ecole d'ingénieurs Polytechnique Tours, basée dans le quartier des Deux Lions. Installée ici depuis près de 25 ans, l'école d'ingénieurs a besoin en effet d'une grosse rénovation elle aussi. "Il y a des bâtiments vétustes et certains en préfabriqué" explique Philippe Vendrix qui ambitionne par la même occasion un agrandissement des bâtiments.