Tours

Il était une fois le festival A Tours de Bulles

L’événement dédié à la BD revient le week-end du 15-16 septembre.

A Tours de Bulles n’est pas du genre à renoncer à ses fondamentaux : chahuté l’an dernier entre la requalification de la Place Châteauneuf et l’arrivée des Francos Gourmandes qui se sont greffées sur le même week-end que lui, le festival a bien résisté et s’en sort avec les honneurs… 6 000 visiteurs sont venus rencontrer les auteurs de BD ou participer aux différentes conférences et expositions.

Pour 2018, la recette reste donc semblable : il y a toujours au moins un parapluie sur l’affiche (une petite superstition pour faire fuir le mauvais temps), la soirée d’ouverture a évidemment lieu aux cinémas Studio et la Place Châteauneuf reste le cœur du festival en compagnie de la Salle Ockeghem.

Pour cette 14ème édition, l’association a tout de même consenti à quelques évolutions… La plus importante d’entre elles est la création d’un deuxième prix. La Tour d’Ivoire remise le plus souvent à des auteurs émergeants se voit compléter d’une Tour d’Ivoire dédiée au jeune public, avec 4 albums en lice et un mode de scrutin novateur : « nus avons déposé des urnes chez nos partenaires libraires et dans les bibliothèques » explique Philippe Septier qui coordonne l’équipe d’organisation composée d’une douzaine de personnes. Les premiers retours sont positifs : « plusieurs bibliothèques se sont emparées de l’événement et l’ont mis en avant. » Le week-end d’A Tours de Bulles, les 6-12 ans pourront également découvrir les albums et déterminer leur préférence sur place.

Ce n’est pas tout : la matinée réservée aux mômes avec des séances de dédicaces privées est maintenue le dimanche matin (avec pas mal de Tourangeaux), tout comme les séances de contes dessinés. Et la Place Châteauneuf deviendra espace de création avec l’installation d’une fresque sur laquelle on pourra dessiner tous ensembles le samedi et le dimanche.

Des enfants on passe à la Famille, avec un grand F puisque c’est le thème retenu pour cet A Tours de Bulles 2018 : « dans l’imaginaire global c’est Boule et Bill mais il y a plein de manières d’aborder la famille dans la BD » précise Philippe Septier. Ainsi, Chadia Loueslati sera particulièrement mise en avant. Récompensée par le prix de la Tour d’Ivoire en 2017, l’auteure présentera des planches inédites de son autobiographie romancée Famille nombreuse Salle Ockeghem, y compris des planches du tome 2 à paraître prochainement. Un Tourangeau est également très attendu : Jean Barbaud, artisan de la série animée Il était une fois l’homme, adaptée en BD.

Sur le week-end, ce sont 35 auteurs qui passeront par le Vieux-Tours pour évoquer leur travail, « la plupart ne sont jamais venus et nous faisons en sorte de mettre en avant de plus en plus d’auteures qui sont rares dans les festivals » argumente Philippe Septier. Expos, dédicaces, concert dessiné de clôture, BD en langue des signes… Tout ça est totalement gratuit : « on ne cherche pas à attirer uniquement un public d’amateurs mais aussi les gens qui se promènent, tout le monde peut trouver de quoi passer un moment convivial. » 7 à 8 000 personnes sont espérées en deux jours et pour en savoir plus on vous conseiller d’aller flâner sur le site d’A Tours de Bulles.

Olivier Collet