Tours

Tours vs Le Mans : on a participé à la bataille des rillettes

Et les gagnantes sont…

A Tours, on cultive notre chauvinisme. Surtout lorsqu’il s’agit de se comparer avec Orléans…

 

Il y a un autre sujet sur lequel il ne faut pas trop venir nous chercher : les rillettes. Tout le monde le sait : celles de Tours sont meilleures que celles du Mans. Ce sont les seules qui bénéficient d’une Indication Géographique Protégée et, en plus, elles sont moins grasses : voilà qui suffit normalement pour avoir le dernier mot à n’importe quel déjeuner de famille. Jusqu’à ce que Matthieu décide de ramener son grain de sel et de se mêler à la bataille…

Matthieu a le teint jovial, un look dynamique… Plein d’atouts pour réussir dans la vie. L’an dernier, il a racheté un bar de la Rue Jules Charpentier, à deux pas des Halles. Depuis, l’Oxford est un pub franchouillard où on mate des séries le lundi soir, où on profite de concerts toutes les semaines ou presque et où l’on peut se retrouver déguisé(e) en train d’imiter Lady Gaga dans son dernier clip au hasard d’une soirée « Playback » pour se replonger dans l’univers de l’émission télé Morning Live.

Buzz sur Internet

En reprenant cette affaire, Matthieu a donc mis toute sa personnalité dans l’établissement. Vraiment toute sa personnalité. A l’heure de l’apéro, il a accompagné les boissons de rillettes (c’est là que l’article devient vraiment intéressant). Sauf que Matthieu est Manceau. Avant d’ouvrir son bar il n’avait jamais mis les pieds dans notre ville, autant dire que pour lui la rillette mancelle était la seule digne de ce nom. C’était sans compter sur sa clientèle, bien Tourangelle, qui a vite bâché le garçon : pas question de se faire envahir par les voisins.

Piqué au vif, Matthieu a réagi. A sa façon car il est joueur… et taquin. Un peu à l’écart du périmètre de la Braderie de Tours, il a cherché un moyen de se faire remarquer ce jour-là. Début septembre 2017, il a donc organisé une battle Rillettes de Tours vx Rillettes du Mans à l’Oxford, en faisant la promo de l’événement sur les réseaux sociaux. Buzz assuré : « 2 000 personnes ont dit qu’elles étaient intéressées. Du coup j’ai acheté 16kg de rillettes, 8 de chaque » se souvient-il. Au final, 100 personnes sont passées pour départager les spécialités charcutières, et Tours a gagné (évidemment !).

Des médailles d'or à déguster

L’histoire aurait pu s’arrêter là, mais Matthieu n’a pas dit son dernier mot : le barman est revanchard. Nous voici donc le 2 septembre 2018, jour de la Braderie de Tours. Et de la deuxième battle des rillettes : le bar de la rue Jules Charpentier a remis le couvert : « beaucoup ont cru que c’était une blague mais non : j’ai même officiellement invité les confréries » explique le jeune homme, qui avoue apprécier également la spécialité de l’Indre-et-Loire.

Pour cette deuxième édition du concours, il a vu moins gros : 8kg de rillettes, 4 de chaque, mais pas n’importe lesquelles : « les médailles d’or des confréries venant de la Charcuterie de La Plaine à Chambray et de Bonnétable au Mans ». Tout ça dans des assiettes avec du bon pain et quelques cornichons (l’an prochain, Matthieu a promis qu’il chercherait à s’approvisionner en cornichons locaux car, oui, il y aura une saison 3, c’est déjà acté).

Un match retour au Mans

On digresse, on digresse… mais on n’a toujours rien avalé. C’est donc l’heure de tartiner cette cochonaille… et de déterminer celle qui nous fait le plus d’effet (en plus si on le fait avec un masque sur les yeux ça compte double. D’ailleurs c’est mieux car à l’œil nu on voit la différence entre les rillettes de la Sarthe et celle de Touraine, les nôtres étant plus foncées). Vous commencez sans doute à nous connaître, on a tenté l’expérience. Verdict : ces rillettes étaient bonnes (les deux, il faut bien être honnête et l’écrire). Une fois ce constat effectué, on a mis notre bulletin (un sous-bock) dans l’urne.

Fin du game ? Pas si vite… Pour tenter de contrer le chauvinisme tourangeau, Matthieu a eu l’idée d’organiser un match retour dans sa ville d’origine, au Mans, le 16 septembre. Le barman de l’Oxford a passé un accord avec un bar de là-bas, La Trinquette, et il a réservé un bus dans lequel il embarque gratuitement celles et ceux qui veulent participer à ce derby gastronomique (il reste 20 places disponibles, contactez le bar pour les réserver).

PS : il parait que pour bien accompagner les rillettes du Mans il faut boire de la jasnières, une AOC du Val de Loire produite dans la Sarthe à base de chenin, comme le vouvray.

 Olivier Collet