Tours

104 nouvelles places d’accueil de loisirs disponibles à Tours

Pour réduire la longue file d’attente de familles.

Les enseignantes et les enseignants des écoles de Tours ont fait leur rentrée ce vendredi en attendant leurs élèves lundi... 9 500 enfants vont prendre place dans les 58 écoles maternelles, élémentaires et primaires de la ville et cette année toutes et tous ne travailleront pas le mercredi. Suite à une consultation des familles menée l’an dernier, la municipalité a en effet décidé de revenir à la semaine de 4 jours (lundi, mardi, jeudi, vendredi).

Voulue par les parents, cette organisation du temps scolaire pose néanmoins un problème de taille : on fait quoi des enfants le mercredi si on travaille ? On ne peut pas les envoyer sur la Lune, les faire garder par Donald Trump n’est pas la meilleure idée du monde et les laisser toute la journée devant la nouvelle version de Denver le dernier dinosaure est un choix plus que discutable, surtout si vous êtes nostalgiques de l’original du dessin animé.

Donc, il faut une solution pour occuper les petits d’un côté et pouvoir gagner de l’argent pour leur payer des cadeaux de Noël de l’autre. Problème : vous n’êtes pas seul(e). Pire : la ville de Tours a été dépassée par les demandes... Près de 1 600 places ont été ouvertes dans les différents quartiers (dont 300 au centre de la Charpraie qui reprend du service le mercredi après 5 ans au calme). Malgré ce dispositif élargi, à l’heure où l’on écrit ces lignes 400 familles sont sur liste d’attente.

« On espère des désistements, il y en a tous les ans » expliquent le maire Christophe Bouchet et son adjointe à l’éducation Barbara Darnet-Malaquin. Soit. N’empêche, « on ne passera pas de 400 à 0 » poursuivent les élus, lucides. Ils ont donc rallongé le budget de 100 000€ pour ouvrir 104 places de plus dans les 15 jours qui viennent, spécifiquement pour le mercredi. 12 d’entre elles sont situées sur l’ilot Mirabeau, à l’Est de la ville. Néanmoins, si vous allez en mairie pour déposer un dossier, il faudra attendre la diminution de la liste d'attente avant de pouvoir obtenir validation de votre demande.

Si la situation est inconfortable pour les familles, elle n’est cependant pas exceptionnelle à en croire la mairie : « la liste d’attente était déjà importante l’an dernier » note Barbara Darnet-Malaquin. La seule différence, c’est que désormais les demandes de gardes d’enfants augmentent de manières exponentielle : « en 2013, la dernière année avec une semaine de 4 jours, on avait 1 150 places le mercredi » rappelle Christophe Bouchet. Donc 600 de moins qu’en 2018.   



PS : à noter que peu de places sont disponibles pour des demi-journées, « mais c’est aussi parce que les parents nous demandent à 90% un accueil à la journée » explique Barbara Darnet-Malaquin.