Tours

Les petits secrets des fouées, vedettes de la Braderie de Tours cette année

Avec les fouées, Tours parie sur une Braderie plus gourmande

Lille a ses moules-frites, Tours va avoir ses fouées. Pas comparable ? C’est sûr, en opposition aux tas de coquilles de la grande braderie du Nord, on va avoir du mal à faire de gigas tas de farine dans les rues tourangelles. Tant pis pour les images spectaculaires. Néanmoins, histoire de rendre sa Braderie un peu plus identifiée, Tours tente une expérience cette année : lui adjoindre une spécialité culinaire que l’on peut déguster tranquillement en observant les 700 stands de commerçantes et commerçants installés en centre-ville. Et si ça marche, le dispositif pourrait se multiplier dans les prochaines années, peut-être même avec des animations.

Spécialité historique de Touraine, elle apparait dans la littérature chez Rabelais au XVIIIème siècle, et bien avant dans les fours des boulangeries. Un four « très chaud » assure Philippe Desiles, président de la Fédération des Boulangers d’Indre-et-Loire qui explique qu’à l’origine ces petites boules de pain que l’on fourre avec des rillettes, du fromage ou de la confiture étaient placées dans le foyer pour en tester la température, « elles cuisent en quelques minutes seulement. » De fait, le professionnel l’assure, « ce n’est pas simple de les réaliser à la maison. » On trouve quand même des recettes et des vidéos sur Internet…

 

Ingrédients : farine, levure, eau, sel (on a vu une recette ajoutant des noix concassées, aussi).

Préparation : On mélange, on pétrit, on laisse reposer, on enfourne au maximum, on entaille et on garnit.

On l’a dit, les fouées on en trouve en Touraine depuis des siècles, sachant qu’on les confectionnait notamment avec les restes de pâte à pain, et que parfois elles étaient données aux ouvriers en guise de repas. Malgré ce passé fourni, ce n’est pas la première spécialité à laquelle on pense instinctivement en évoquant les mets traditionnels de notre territoire. Et Philippe Desiles de compléter : « beaucoup de boulangers du département savent en réaliser mais ils sont peu nombreux à en faire », notamment parce que le mieux c’est de la manger chaude, à la sortie du four. D’où l’idée d’en faire un atout de la Braderie, à grignoter en flânant, et à acheter pour 2 à 4€ selon ce que vous voulez dedans.

A LIRE AUSSI : Notre article pour tout savoir sur la Braderie de Tours 2018

Basé à Dierre, Les Fouées Gourmandes font partie de ceux qui quadrillent la Touraine et les départements voisins avec leur four et leur camion pour faire déguster les petits pains garnis de Ste-Maure ou de beurre d’escargot. Ils travaillent en famille depuis de nombreuses années, et « cette année, malgré la baisse de la fréquentation à la Foire de Tours on a mieux travaillé que les années précédentes » nous assurent-ils, preuve que le produit a de la réputation, notamment grâce à son prix accessible.

Les fouées se cherchent donc une vitrine pour redorer leurs lettres de noblesse, mais servent aussi de porte-drapeau aux produits du terroir, puisqu’on peut y mettre à peu près tout ce qu’on veut (des mogettes, par exemple, chez nos voisins). A Tours ce dimanche, 3 stands en feront cuire toute la journée Place Jean Jaurès, Place Anatole France et Place Châteauneuf. Il parait que c’est dans un four à bois qu’elles sont les meilleures…