Tours

A Tours, on commande sandwichs et chouquettes sur Internet…

…Puis on va les chercher à la boulangerie sans faire la queue.

Le nouveau monde c’est prendre en photo son plat avant de le manger, renvoyer 3 fois une paire de chaussures commandée sur le web avant de trouver la bonne taille ou ne plus s’arrêter au péage grâce à un badge électronique. Plein de nouvelles habitudes. Et ce qui devait arriver arriva : au XXIème siècle, voici maintenant la « boulangerie connectée ».

Comment ça marche ? C’est « simple comme bonjour », pour reprendre une expression d’il y a fort longtemps. Sur un site Internet, on choisit ses produits (baguette, pain, pâtisseries, viennoiseries, sandwichs…), on paie avec sa carte bleue et on va récupérer la commande en boutique. Où ça ? A la Boulangerie Colbert, dans la rue du même nom.

Nivo Coutant a repris le commerce du N°9 il y a un an, y a fait plein de travaux (notamment une mezzanine avec une vingtaine de places assises) puis s’est vite retrouvée débordée à l’heure du déjeuner, entre les employés de la CCI, les banquiers ou les étudiants : « pour les sandwichs on propose aux clients de choisir eux-mêmes leurs ingrédients. Ça prend un peu de temps donc il y a souvent la queue. Du coup les personnes qui viennent juste chercher une baguette peuvent être découragées, elles ne veulent pas attendre. On perdait des ventes » explique la responsable de la boutique.

Depuis le début du mois, elle s’est donc laissée convaincre par la solution d’une nouvelle application, Rapidle. En échange d’une commission, celle-ci propose aux commerçants une boutique en ligne toute faite pour commander via le site web ou l’application. On vient ensuite récupérer son sac avec un numéro de commande… sans faire la queue. C’est comme le fast pass à Disneyland ! « J’espère ainsi fluidifier le magasin » poursuit Nivo Coutant qui travaille avec 3 autres personnes.

Sur le site, elle a mis quasiment tous ses produits fait dans le labo : de la baguette aux chouquettes en passant par les formules sandwich-boisson-dessert, les éclairs au chocolat ou les pains à burger. Imaginée pour le snacking, la boutique en ligne peut aussi avoir son utilité pour réserver ses croissants le dimanche matin : on choisit son heure pour récupérer la commande, et la marchandise est conservée pendant cette période, il faut juste compter minimum une demi-heure de délai. Pour régler, plusieurs solutions : carte bancaire ou tickets restaurant, que ce soit via la carte Restaurant ou les titres papier.

« Les commandes par Internet ça se fait beaucoup à Paris et je ne comprends même pas qu’on soit seulement les premiers à Tours. C’est un service en plus pour lutter contre la concurrence des grandes surfaces » ajoute encore la boulangère qui y voit en prime une solution anti-gaspi : « en fin de journée on peut envoyer des promotions sur les invendus par SMS ou par mail. » Des tentatives habiles pour fidéliser les clients et accrocher les impatients dans un secteur ou la concurrence est rude. Fini l’esprit de boulangerie de quartier où on prenait le temps de discuter à la caisse ? Pas forcément fort heureusement, mais apparemment il faut aussi s’habituer et donc s’adapter à ce monde pressé.

Olivier Collet

Le site de la boulangerie Colbert.