Tours

Fil Bleu : hausse des tarifs en août, le ticket à 1€60

Mais l'abonnement reste au même prix.

C'est comme ça chaque année au 1er août : Tours Métropole revoit les tarifs du réseau de transports en commun (bus et tram, notamment). Votée au printemps, la nouvelle grille comprend plusieurs hausses mais les élus les ont réparties pour que les utilisateurs ne soient pas tous touchés.

L'idée défendue par la majorité LR-UDI est une augmentation des prix en décalé : une fois les abonnements, une fois les tickets occasionnels. Pour 2018, les voyageurs réguliers ne sont pas impactés, mais les usagères et usagers qui font des trajets moins fréquents vont devoir dépenser quelques dizaines de centimes supplémentaires... Une décision néanmoins critiquée : "le carnet de 10 parcours est souvent choisi oar des personnes précaires qui n'ont pas assez d'avance pour payer un abonnement, et au final ils paient même plus qu'un abonnement" disait EELV au moment de l'examen de la délibération.

 

Les tarifs qui augmentent :

Le ticket unitaire passe d'1€50 à 1€60, une première hausse depuis 2014. Le ticket aller-retour coûtera désormais 3€ au lieu de 2€80 actuellement, les 10 voyages seront à 14€ au lieu de 13, le titre Liberté passe d'1€30 à 1€40, 4€10 le pass 24h soit 20 centimes de hausse, 6€20 les 48h (contre 5€90 en ce moment) et enfin 3€10 la place en parking relais (20 centimes supplémentaires).

Ceux qui ne bougent pas :

L'abonnement mensuel tout public reste à 39€50, le Pas Famille coûtera toujours 2€60, les tickets spéciaux pour les congrès créés l'an dernier ne varient pas tout comme le Pass Etudiant (27€60), le Pass Scolaire (24€80), le Pass Demandeur d'emploi (19€50, ou 5€30 s'il est subventionne) ou celui pour les plus de 65 ans. Pour les personnes à mobilité réduite, le voyage avec Fil Blanc reste à 1€50.

 

Et après ?

Pour 2019, la métropole promet des tarifs plus avantageux pour les étudiants, réclamés depuis de nombreuses années par l'opposition. La raison ? Tours est souvent définie comme l'une des villes les plus chères pour les jeunes. Un tarif solidaire devrait aussi être créé pour les plus démunis, et peut-être un pass spécial en cas de pic de pollution.

A noter qu'en 2019, le plan du réseau Fil Bleu sera revu car un nouveau contrat doit être passé avec l'agglomération pour son exploitation. Deux entreprises sont sur les rangs pour le signer : Keolis (déjà en place) et Transdev. La métropole doit faire son choix à la rentrée pour une mise en application au 1er janvier 2019. Selon nos informations, le match est serré avec deux dossiers qualitatifs.