Tours

Le CHU de Tours a lancé son service d'hôtel hospitalier

Certains patients peuvent y dormir pour éviter une nuit dans un lit d'hôpital.

Dormir dans le lit d'un hôtel 3 étoiles plutôt que d'être réveillé à 5h du matin pour une prise de tension ? Le CHU de Tours propose désormais à certains de ses patients de passer une nuit dans un hôtel à proximité de l'hôpital plutôt que directement dans une de ses chambres.

Disponible pour des patient(e)s qui vont se faire opérer ou - moins souvent - qui sortent d'une opération, ce service est surtout pensé pour des personnes qui n'habitent pas dans l'agglomération tourangelle. L'objectif avancé par la direction de l'établissement est notamment e faire des économies : une nuit à l'hôpital est facturée 1 000 à 1 500€ aux mutuelles quand celle à l'hôtel coûte une centaine d'euros repas compris, plus le coût d'un taxi.

Tous les frais sont pris en charge par le CHU sans que le patient ou la patiente n'ait à débourser d'argent, y compris en cas de régime alimentaire spécifique. Il ou elle peut par ailleurs passer la nuit avec une personne de son choix, qui doit payer un supplément, en particulier pour les repas. Le trajet entre le domicile et l'hôtel peut lui être pris en charge par la sécu sur prescription médicale préalable.

Deux hôtels ont passé un accord avec l'hôpital en Touraine : des Ibis Styles situés Place de la Liberté à Tours et dans la zone Sud à Chambray-lès-Tours, donc proches de Bretonneau et Trousseau. Depuis le 1er juillet et la mise en service du dispositif, une dizaine de personnes en ont déjà bénéficié. La proposition ne leur est faite que si leur état médical le permet (pas de surveillance médicale nécessaire), et elles doivent signer un accord écrit.

Présenté comme "attendu" par les patient(e)s et le personnel de l'hôpital, ce dispositif Hospitel est néanmoins critiqué par les syndicats qui craignent une baisse de la qualité de la prise en charge médicale dans certains cas, voire le voient comme une excuse pour supprimer des postes.

Une quarantaine d'hôpitaux français ont précédé Tours dans la mise en place d'un tel mécanisme. A noter que le CHU le finance seul, sans soutien extérieur. C'est donc clairement pour lui un calcul pour faire des économies.