Tours

2018 : Pas (encore ?) de moustique tigre recensé en Indre-et-Loire

La préfecture appelle tout de même à la vigilance.

Un moustique, c'est casse-pied. Ça pique, ça gratte, et ça peut empêcher de dormir. Un moustique-tigre c'est tout ça, et peut-être plus, l'insecte étant par exemple responsable d'épidémies de dengue à La Réunion. L'animal pourrait également transmettre des virus comme le chikungunya ou le zika, maladies particulièrement nocives voire mortelles pour l'homme.

Face à ces risques, les services de l'Etat appellent à la vigilance : en métropole, 42 départements ont déjà repéré le moustique-tigre. En Centre-Val de Loire, il est clairement installé dans l'Indre. Dans le Loir-et-Cher et le Cher, des foyers ont été identifiés mais pas d'installation durable.

Et en Touraine ? Pour l'instant pas de soucis particuliers, mais cela pourrait arriver, surtout si les territoires voisins sont déjà impactés. Cette semaine, la préfecture d'Indre-et-Loire a alerté les élus de tout le territoire pour leur demander de signaler l'insecte s'ils le repéraient sur leur commune. Pour le reconnaître, il faut savoir qu'il fait 5 à 7mm et se distingue par ses couleurs noires et blanches, pouvant faire penser à des rayures. Originaire d'Asie, il se développe surtout en ville et se déplace peu (une centaine de mètres autour de son lieu de naissance). Il pique le jour, et encore plus le matin ou au coucher du Soleil.

Pour guetter l'éventuel débarquement de la bestiole en Indre-et-Loire, 22 pièges ont été installés sur 5 communes (Chambray, Joué, St Avertin, Tours et Loches). Déjà mis en place en 2017, ces pondoirs sont restés vides jusqu'à aujourd'hui.

Cliquez ici pour en savoir plus