Tours

Tours veut un Centre d’Architecture digne de ce nom

Il pourrait ouvrir partiellement fin 2019.

Vous ne le savez sans doute pas, mais Tours possède actuellement un CIAP, un Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine. Situé au deuxième étage du logis des gouverneurs (Rue André Malraux) et scénarisé dès 1980, sa fréquentation est confidentielle, beaucoup trop même pour Jacques Chevtchenko, l’adjoint au maire en charge du patrimoine : « il n’est pas digne d’une ville de notre importance » regrette l’élu qui s’engage à développer cette institution dans les prochains mois, afin d’épaissir le dossier qui permettra à la municipalité de demander le renouvellement de son label « Ville d’Art et d’Histoire ».

Présents un peu partout en France, les CIAP ne sont pas des musées mais des sites ouverts aussi bien à la population qu’aux étudiants ou aux touristes. L’objectif de Tours est d’y créer des espaces pédagogiques, des salles d’expositions permanentes et des locaux pour des expositions temporaires. A écouter Jacques Chevtchenko, ce sera un projet complètement dans l’ère du temps avec de la 3D, de la réalité virtuelle et nombre d’équipements numériques. Par exemple, on pourrait découvrir une simulation de crue de la Loire pour voir quelles parties de la cité se retrouveraient sous l’eau en cas de débordement du fleuve comme en 1856, l’année où il est monté le plus haut.

Un lieu de 600m² maximum plébiscité en centre-ville

Ce projet de centre dédié à l’architecture et au patrimoine est préparé en coulisses depuis plusieurs mois, et a obtenu une autorisation de maîtrise d’œuvre lors du dernier conseil municipal en juin. Désormais, Tours prépare son aménagement dans un lieu du centre-ville quasiment identifié mais qui ne sera pas dévoilé avant les Journées du Patrimoine en septembre. Un prestataire sera choisi à la rentrée pour superviser le chantier.

A LIRE AUSSI :Les projets de la ville pour Marmoutier

D’une surface pouvant atteindre 600m², il pourrait être ouvert progressivement à partir de fin 2019-début 2020 en fonction des financements disponibles : la Direction Régionale des Affaires Culturelles est prête à participer, l’Architecte des Bâtiments de France aussi et l’Université de Tours souhaite co-construire le projet.

Un projet parmi d’autres

« L’idée d’un tel site c’est d’expliquer l’histoire de Tours, de donner les clés pour la comprendre » explique Jacques Chevtchenko, lui-même ancien enseignant en histoire. Un thème dominera dans la future exhibition : Tours au fil de la Loire, « car la ville est intimement liée au fleuve. » On pourra alors récolter des informations sur la géographie, le patrimoine bâti voire l’économie, et plusieurs sens seront mobilisés, notamment via des maquettes.

L’élu en charge du patrimoine travaille par ailleurs sur la création d’une nouvelle application Tours 360° pour explorer la ville depuis les hauteurs comme on peut le faire sur la Tour Charlemagne et supervise l’édition d’un petit livre sur le Château de Tours. Il veut en plus lancer une étude pour rénover l’église St Saturnin (située près des Tanneurs), fermée en raison de son état alarmant. Enfin, il planche sur les commémorations de 2019 : l’Année Balzac à Tours et les 500 ans de la Renaissance en Centre-Val de Loire via la réalisation de films, l’ouverture d’expositions ou la publication d’ouvrages.

Olivier Collet

A LIRE AUSSI : Les commémorations du centenaire de l'Armistice de 1918 se préparent à Tours