Tours

Champions du monde : 20 ans après 1998, baignades dans les fontaines Place Jean Jaurès à Tours

La folie pure toute la soirée devant l'Hôtel de Ville.

La mairie de Tours a essayé de prévoir le coup : elle avait mis en place des barrières autour des espaces fleuris de la Place Jean Jaurès pour éviter que l'espace soit envahi en cas de victoire des Bleus en finale de la Coupe du Monde de foot ce dimanche. Les fontaines avaient également été arrêtées pour dissuader les baignades.

Résultat : la France a remporté le trophée pour la deuxième fois de son histoire et, comme on pouvait s'y attendre, les supporters ne se sont pas laissés intimider par quelques bouts de ferraille. Très vite, ils se sont rués vers les parterres de fleurs et ils ont même fait sauter une canalisation pour aller se baigner (vu la chaleur ambiante, il semble que ça leur a fait beaucoup de bien).

A LIRE AUSSI : Notre reportage dans la fan zone de la Gloriette avec 18 000 personnes

Voilà donc comment on s'est retrouvé à croiser des Tourangelles et des Tourangeaux tout mouillés, et avec un immense sourire aux lèvres, une joie sincère, une belle euphorie après ce succès 4-2 contre la Croatie.

Les feux rouges et les arrêts de bus sont devenus des perchoirs, ceux qui étaient déjà là en 1998 ont eu le plaisir de vivre une seconde fois cette rare émotion : "je ne me baigne pas mais mes enfants y sont" explique un père de famille qui porte le maillot de la génération Zidane. Devant l'Hôtel de Ville, une sono crache I Will survive, on ne compte plus les Marseillaise, les Ola, les clappings... En fond, on entend des klaxons, en boucle. Un homme joue du tambour, 3 jeunes filles trempées ont des hauts assortis, bleu-blanc-rouge, évidemment.

Les gens se parlent, s'enlacent, s'embrassent... Le maquillage coule, les pétards éclatent, l'eau gicle, les cris fusent... Ce lundi c'est sûr, beaucoup auront perdu leur voix. Mais on s'en fout, ON EST CHAMPIONS DU MONDE !

Voici notre reportage photo des scènes de liesse Place Jean Jaurès par Philippe Maitre, Delphine Nivelet et Oliviet Collet :