Tours

Une centaine de chantiers dans les collèges d’Indre-et-Loire cet été

Pour un budget de 4,5 millions d’euros.

« On a la souplesse financière pour le faire, alors on le fait » lance Judicaël Osmond, le vice-président du département d’Indre-et-Loire en charge des collèges. L’élu de la majorité LR-UDI fait référence au grand plan d’investissement départemental concernant l’intégralité des collèges tourangeaux : 80 millions d’euros seront nécessaires pour des rénovations ou des constructions.

« On sait que toutes majorités confondues on a pris du retard sur l’entretien des collèges » constate Judicaël Osmond qui dit empiler les réclamations sur son bureau depuis son élection en 2015, des chaises trop lourdes à la chaleur étouffante dans les bureaux de l’administration à la Vallée Violette de Joué-lès-Tours en passant par la cantine de Château-Renault qui sert aussi de salle de permanence faute de place.

Un budget travaux annuel multiplié par 4 en quelques années

Il y a peu, le Conseil Départemental a donc voté un large plan pour tenter de se rattraper dans les prochaines années « et tous les chantiers seront lancés d’ici la fin du mandat » promet l’élu du canton de Joué-lès-Tours, ce qui veut dire que les études préalables et les démarches auprès des architectes seront effectuées et qu’il ne restera qu’à engager les entreprises. Cela fera passer progressivement l’enveloppe annuelle consacrée aux chantiers dans les collèges « de 3 à 4 millions d’€ à 12 millions, on monte crescendo. »

Toutes les opérations ne pouvant pas avoir lieu en même temps, la collectivité a dû prioriser. Au programme : la mise en accessibilité de l’ensemble des établissements (6,5 millions d’euros à l’horizon 2024), des audits dans les 54 collèges tourangeaux et des rénovations énergétiques pour se passer du fuel dans les 6 qui utilisent encore ce mode de chauffage (des chaudières à bois prendront la suite) mais aussi des travaux d’isolation (15,5 millions d’euros). Dans quelques cas, les logements de fonction du personnel sont aussi concernés en raison de leur vétusté.

14 projets dits « structurants », de plus de 300 000€

Certains chantiers sont très conséquents comme l’agrandissement du collège de Neuillé-Pont-Pierre, la rénovation de celui d’Azay-le-Rideau ou la nouvelle demi-pension de Château-Renault pour 5 millions d’€… D’autres sont plus modestes mais néanmoins importants comme les réfections de salles de cours (à Montbazon) ou de douches et vestiaires au Grand-Pressigny, un « petit » collège (100 élèves) « mais tant qu’on continue d’y investir, l’Etat ne le fermera pas » plaide Judicaêl Osmond.

Au final, 14 projets dits « structurants » concentrent à eux seuls le quart du budget du Plan Collèges du 37, soit 23 millions d’euros. Il y a aussi ceux qui n’en sont qu’au stade de la réflexion, comme la possibilité de créer une cuisine centrale pour les deux collèges d’Amboise afin de ne plus avoir à acheminer tous les jours les repas depuis Tours ce qui est dommageable selon les élus.

Pas de partenariat public-privé

En dehors de ces plans pour l’avenir, rien que cet été, l’équivalent de 4,5 millions d’euros de travaux est prévu soit une centaine d’actions dans tout le département. Des exemples :

  • Restructuration de la cuisine à Ballan-Miré
  • Restructuration des vestiaires des garçons à Loches
  • Restructuration de la demi-pension à St Avertin
  • Réaménagement de salles au collège Stalingrad de St-Pierre-des-Corps
  • Aménagement de deux nouvelles salles de cours à Nouâtre
  • Mise aux normes incendie à la Vallée Violette de Joué-lès-Tours

Dans les prochains mois, Esvres, Ste-Maure-de-Touraine ou Savigné-sur-Lathan verront des ouvriers débarquer… D’autres projets devront attendre bien plus longtemps comme Fondettes ou Léonard de Vinci à Tours. Un choix assumé du département qui préfère étaler les budgets plutôt que de se faire piéger par des redevances élevées suite à des partenariats public-privé (plébiscités par l’ancienne majorité socialiste).

A noter enfin qu’en dehors des travaux sur les structures des bâtiments, le département d’Indre-et-Loire dépense chaque année 300 000€ pour du matériel dans les classes, 600 000€ pour équiper les cuisines et 200 000€ pour du matériel d’entretien.

Olivier Collet