Tours

Tours, capitale des arts martiaux historiques vendredi

Un grand gala de cape et d’épée est organisé aux Halles.

Orpheline de sa fête médiévale organisée deux années de suite dans le centre historique, la ville de Tours manque d’événements pour rappeler son passé. Pourtant, plusieurs associations et compagnies bouillonnent et ne demandent qu’à mobiliser leurs troupes pour montrer tout ce qu’elles savent faire. Un bon exemple : ce vendredi 6 juillet, la Cie Taprobane, Scaramouche Tours et l’association AMHE (Arts Martiaux Historiques Européens de Touraine) s’associent pour la deuxième fois afin de monter de A à Z un grand gala de cape et d’épée en costume : Au Fil de l’Epée.

Pour la première édition, 100 personnes avaient fait le déplacement, « on en vise 200 cette année » explique Anaëlle Mans qui travaille depuis trois ans pour Taprobane et fait aussi partie de Scaramouche. Après 4 mois de travail, le spectacle de plus de 2h a été complètement renouvelé avec des cascades, des combats ou des saynètes humoristiques dans l’objectif de bien capter l’attention de tous les publics, y compris les enfants.

« Ce qu’on veut c’est mettre en commun nos pratiques pour mieux faire connaître nos associations » explique la jeune femme qui a découvert ce monde dès le plus jeune âge grâce à son grand-père et manie donc l’épée avec passion et en robe d’époque (sans protection) dès qu’elle en a l’occasion : « on veut faire découvrir le monde martial que l’on connait bien avec les disciplines japonaises, mais moins en Europe » détaille-t-elle.

L’équipe, qui compte deux historiens, fait donc des recherches toute l’année auprès de sources italiennes, françaises ou allemandes afin de dénicher les éléments nécessaires – comme des traités régissant les combats – ce qui lui permet de proposer des reconstitutions toujours plus authentiques… à un détail près, mais non des moindres : les combats de l’époque se terminaient par la mort du vaincu, et là pour les spectacles il n’est pas question de se blesser, « mais on fait en sorte que le combat soit le plus réaliste possible grâce aux cascades, comme le travail de chute des comédiens » note Anaëlle Mans qui réalise aussi toute l’année avec Taprobane des cascades dans différents contextes (y compris un clip de prévention pour la sécurité routière avec la police de Tours).

Si la soirée de vendredi est une bonne occasion de découvrir ces traditions historiques, il est également possible de s’y exercer pour de bon chaque vendredi avec Taprobane et l’AMHE qui organisent des cours accessibles à tous (reprise en septembre). Par ailleurs, en plus de pérenniser le gala dans le temps, ses organisateurs espèrent à terme le développer en créant un festival sur deux jours autour de plusieurs époques historiques.

Olivier Collet / Crédit photo : Taprobane

Pour le spectacle Au fil de l’Epée de vendredi à 20h30 salle Tixier des Halles de Tours (entrée : 5€), les détails sont sur l’événement Facebook ici.