Tours

Tours : Un an de fouilles supplémentaires aux casernes Beaumont-Chauveau

Ce qui va retarder le projet de parc habité...

C'est un des projets phares de la ville de Tours. Sur l'emplacement des anciennes casernes Beaumont-Chauveau libérées par l'Armée, la ville de Tours envisage un projet de nouveau quartier mixte autour d'un grand parc urbain paysager. Sur le papier le projet est ambitieux puisqu'il couvre près de 10 hectares de surface, dont une partie occupée aujourd'hui par l'Université de Tours. L'objectif : en faire un Central-Park à la tourangelle expliquaient les élus en 2016 au moment du rachat des terrains par l'Armée.

Depuis fin 2016 les choses n'ont en revanche que peu évolué en surface. La raison : la tenue de fouilles archéologiques préventives dans un secteur connu pour être l'emplacement de l'ancienne abbaye de Beaumont, datant du XIe siècle et ayant donné son nom à ce quartier.

Et comme cela était prévu (et craint également par les autorités), ces fouilles préventives ont confimé la présence de vestiges de l’ancienne abbaye royale de Beaumont (fondée en 1002) ainsi que de nombreuses sépultures, dont certaines antérieures à l’implantation de l’abbaye (VIIème et VIIIème siècles).

Des résultats qui obligent à des fouilles supplémentaires sur la totalité de la zone du secteur Beaumont (sauf la partie actuellement occupée par l’université de Tours), soit une surface de 6,8 hectares, explique la ville de Tours dans un communiqué.

Des fouilles qui selon le Service Régional d’archéologie (SRA), pourront durer un an, retardant d'autant plus le début du lancement des travaux pour ériger ce nouveau quartier. Un délai qui pourrait s'allonger en cas de nouvelles découvertes, voire même qui pourrait être revu différemment selon l'importance de ces potentielles futures découvertes...