Tours

L'inquiétude demeure pour les salariés de Courteline

Le syndicat CFDT s'inquiète notamment de la reprise des salariés par l'entreprise Telligo

En mai dernier, l'association socio-culturelle Courteline prenait un gros coup au moral et était obligé d'annoncer la tenue d'un PSE (Plan de Sauvegarde de l'Emploi) avec à la clé la perte d'emplois, entre 22 et 127 avant l'été. Une situation causée par la fin des Temps d'Activités Périscolaires (TAP) avec le retour de la semaine des 4 jours d'école sur la ville de Tours. Pour l'association cette décision conduit à la perte d'activité et donc d'emplois, alors qu'elle avait en grande partie signé des contrats en CDI à ses employés.

Si pour l'heure la décision de la DIRRECTE d'homologuer le PSE (qui devrait arriver dans la semaine) n'est pas encore tombée, on sait que ce PSE propose notamment de réduire le volume horaire des salariés avec leur accord, afin de limiter le nombre de licenciements.

Un premier soucis pour l'association couplé à un autre : celui de la perte du lot Mirabeau pour l'encadrement Périscolaire sur ce secteur de la ville. Un lot remis en appel d'offres cette année et qui a été remporté par la société francilienne Telligo. Une décision qui inquiète la 40aine de salariés de Courteline concernée par ce lot. En effet, si le nouveau délégataire a l'obligation de reprendre le personnel nous dit-on à Courteline, il se trouve que les discussions entre toutes les parties soient plus compliquées qu'espérées.

La semaine dernière, interrogée en Conseil Municipal par l'élu d'opposition Emmanuel Denis, la maire adjointe Barbara Darnet-Malaquin s'est voulue rassurante expliquant que si les relations entre Courteline et Telligo avaient été compliquées au début, celles-ci se normalisaient.

Pourtant, aujourd'hui les représentants de la CFDT de Courteline tirent la sonnette d'alarme et font part de leur profonde inquiétude dans un communiqué : "Telligo refuse de reprendre les salariés de ce lot malgré de nombreux échanges avec la direction de l'Association Courteline. Cette entreprise fait bloc à toutes les propositions de reprise du personnel [...] Nous demandons à ce que Telligo respecte les conditions d'attribution du marché."

Une inquiétude relayée également par les élus d'opposition des groupes Tours à Gauche et Les Démocrates qui ont tous les deux envoyés des communiqués également pour exprimer leur solidarité avec les salariés impactés et demandent à ce que Telligo respecte les règles du marché.