Tours

La crèche Pom'Cassis toujours dans l'incertitude

La crèche associative basée à Tours Nord est toujours en péril.

La crèche Pom'Cassis basée au Beffroi à Tours Nord connaît de sérieuses difficultés. Comme nous vous l'expliquions dans un article précédent, cette crèche associative, reconnue pour sa qualité de service est même en péril.

Avec 80 000 euros de déficit et un plan de sauvegarde actuellement en cours suivi par un mandataire judiciaire, Pom'Cassis pourrait vivre ses dernières heures. Une situation qui inquiète parents, mais aussi élus. Il faut dire que la crèche accueille 26 enfants et remplit une véritable mission de service public auprès des habitants de Tours Nord.

Une situation qui inquiète d'autant plus que pour l'instant face à l'incertitude de la situation, aucune solution stable de secours n'est pour le moment prévue pour la rentrée.

Ce jeudi soir le sujet s'est logiquement invité au Conseil Municipal de Tours. Dans l'assistance quelques employées de l'association étaient notamment présentes. Au sein du Conseil, c'est Emmanuel Denis, l'élu écologiste qui a abordé le sujet, revenant sur les déclarations précédentes du maire de Tours. "Je suis d'accord avec vous la ville ne peut pas éponger les dettes de toutes les associations, mais il n'y a pour l'instant aucune solution pour la rentrée de septembre" s'est inquiété l'élu d'opposition qui pense que la ville pourrait aider l'association à éponger sa dette.

Pour Barbara Darnet Malaquin, adjointe en charge de la petite enfance, le problème est plus important que cela : "Même si on prenait à notre charge le déficit de 80 000 euros, il y a un déficit structurel et rien ne garantit la pérénité de l'association derrière". Pour autant l'adjointe au maire de Tours reconnaît l'importance de cette crèche "essentielle pour le quartier". Et l'élue d'assurer que la ville met tout en oeuvre pour aider Pom'Cassis. "Nous allons verser une subvention de 15 000 euros pour que les employés puissent toucher leur salaire de juillet". Barbara Darnet Malaquin, qui dit comprendre les inquiétudes des parents et des salariés, affirme également chercher des solutions pour les familles touchées par ces difficultés. "Nous avons 9 familles que nous réorientons vers les crèches municipales en tant que familles prioritaires".

Pour le reste, l'adjointe d'expliquer attendre la décision du TGI sur une poursuite des activités de Pom'Cassis ou non. "Je travaille au maintien de la crèche avec plusieurs autres partenaires associatifs locaux. Mais on attend de voir l'issue judiciaire. On ne peut pas s'immiscer dans la procédure en cours."

"Si partenaires les principaux voulaient éponger la dette de la crèche associative, le TGI pourrait y voir un signe fort facilitant la reprise des activités" s'est exprimée de son côté l'élue socialiste Cécile Jonathan en soutien aux 12 salariés de l'association.

 Mathieu Giua