Tours

Le conseil de surveillance du CHU de Tours envahi par les grévistes vendredi

Ils voulaient rencontrer son président et maire de Tours, Christophe Bouchet.

Depuis de longs mois, des services du CHU de Tours se mobilisent pour différentes raisons, en particulier des suppressions de postes, des fermetures de lits ou des réorganisations de temps de travail. Après les urgences, la neurochirurgie ou les admissions de Trousseau, les kinés ont notamment débuté un mouvement récemment.

Soutenus par la CGT et Sud, les salariés mécontents des hôpitaux tourangeaux ont organisé une nouvelle action ce vendredi pour rendre leur mouvement visible : ils ont dérangé et envahi le conseil de surveillance du CHU qui se réunissait sous la présidence de Christophe Bouchet, également maire de Tours, afin de lui exposer leurs revendications.

"Depuis le 2 juin la demande de rendez-vous faite au président du conseil de surveillance était restée lettre morte malgré plusieurs relances" explique le collectif pour justifier son intervention, qui a rassemblée une quarantaine de personne dont des membres du collectif de défense des usagers.

"Le président a essayé de nous faire croire que son avis et celui du Conseil de surveillance n’avait pas de poids sur les restructurations en cours et les revendications des équipes" notent encore les représentants des grévistes qui demandent au contraire une prise de position claire de l'instance via une intervention auprès du ministère de la santé. Ils ont reçu une promesse d'organisation d'un rendez-vous de la part de Christophe Bouchet dans les tous prochains jours, avant l'organisation de nouvelles réunion de direction au sein du CHU.