Tours

Transports, accueil des victimes : les nouvelles missions des forces de l’ordre en Indre-et-Loire

Une cellule d’accueil dédiée aux femmes touchées par des violences va ouvrir à Tours.

La préfète d’Indre-et-Loire Corinne Orzechowski vient de donner une nouvelle feuille de route aux policiers et gendarmes d’Indre-et-Loire. Globalement, il n’y a pas énormément de choses qui changent -  les priorités restant la lutte contre les cambriolages, les violences sexuelles, les agressions ou la radicalisation - mais certaines missions évoluent...

Parmi les objectifs fixés par la préfecture : rendre les forces de l’ordre plus accessibles à la population. Après la création de brigades de contact de la gendarmerie qui vont au devant des passants ou des commerçants à Chambray, Chinon, Loches et Amboise, les horaires d’accueil vont être élargis dans les commissariats ou les brigades de gendarmerie avec en plus la présence de jeunes en service civique pour orienter les visiteurs. Par ailleurs, les plaintes pourront être déposées de manière décentralisée ou en ligne et les victimes se verront remettre les coordonnées de la personne qui a pris leur déposition afin de la contacter facilement pour suivre leur dossier. Pour informer, la gendarmerie va ouvrir un compte tourangeau sur Twitter en complément de sa page Facebook sur laquelle les internautes peuvent dialoguer avec des militaires spécialisés 24h/24.

Projet plus ambitieux, et déjà annoncé par le député Philippe Chalumeau, une cellule d’accueil des femmes victimes de violences va prochainement ouvrir à Tours; Installée dans les locaux de SOS Médecins (situés tout près de la Place Jean Jaurès) elle offrira une prise en charge médicale adaptée et les policiers s’y déplaceront parfois directement pour enregistrer les plaintes afin d’éviter un passage au commissariat, de quoi compléter le dispositif actuel (une policière référente suit les dossiers de violences faites aux femmes à l’Hôtel de Police).

Enfin, il faut s’attendre à voir plus de patrouilles des forces de l’ordre dans les transports tourangeaux, que ce soit la police nationale ou municipale, voire même la gendarmerie. Parfois, les équipes seront en misison ensemble avec pour objectif de sécuriser les trajets mais aussi les abords des stations et, dixit la préfecture, de « gérer » la cohabitation des différents modes de transport sur une même infrastructure (du tram au vélo en passant par le bus, la voiture;.. ou l’hoverboard).

Les dates précises d’entrée en service de ces dispositifs n’ont pas été communiquées mais l’ambition globale de ce plan de sécurité départemental est « de réduire le sentiment d’insécurité. » Les élus seront impliqués avec des réunions régulières avec les responsables des forces de l’ordre et seront impliqués dans la mise en place de Groupes de Partenariat Opérationnel sur St-Pierre-des-Corps, Tours (Sanitas et Rives du Cher) ainsi que Joué-lès-Tours (à la Rabière). Dernière annonce : les agents de sécurité des entreprises pourront directement être formés par la police ou la gendarmerie.